Retour Articles Vies de famille

Savoir s'écouter pour quitter son entreprise au bon moment

Fatigue qui s'accumule, démotivation, perte de sens au travail : les raisons qui peuvent pousser à une démission sont nombreuses. Le tout est de détecter les signes à temps pour partir au bon moment et savoir rebondir par la suite.

 

Quand la vie professionnelle n'est plus source d'épanouissement, c'est qu'il est temps de changer de travail. S'il n'est pas toujours évident de sauter le pas —notamment en raison du confort qu'apporte un poste fixe exercé depuis longtemps— certains signes ne trompent pas. « Il peut notamment s'agir de signes physiques ou psychiques, d'un manque de motivation pour aller au travail », énumère Marina Movsissian, coach professionnelle certifiée qui accompagne notamment des personnes en transition professionnelle. Selon elle, « l'impression de ne plus être valorisé —par une promotion ou une hausse de salaire par exemple— et le sentiment de ne plus rien apprendre » doivent également inciter à réfléchir quant à une possible démission.

 

Retrouver du sens dans son travail

L'experte évoque un autre aspect, qui revient souvent dans les discours de personnes qui souhaitent changer de poste, voire de métier : la perte de sens. « Si on se retrouve dans une entreprise dont les valeurs ne sont pas conformes avec les siennes, cela va tôt ou tard avoir un impact. Car il n'est pas possible de mettre totalement ses valeurs de côté ». Cela peut par exemple être le cas pour les salariés qui ont vu la petite entreprise dans laquelle ils avaient été embauchés devenir internationale, au détriment de l'ambiance de travail. « Il ne faut pas hésiter à se faire accompagner par un professionnel dans ce type de situation, cela aide à y voir plus clair. »

 

Démissionner en bons termes

Quelle que soit la raison première qui pousse un salarié à démissionner, cette étape doit être réfléchie en amont. « Il est important de vérifier les clauses prévues par son entreprise, et de se renseigner lorsqu'un lien de confiance a été créé auprès de ses collègues ou d'anciens salariés de l'entreprise », note Marina Movsissian. Échanger avec les délégués du personnel peut également s'avérer utile. Bien que le préavis puisse sembler long et que l'annonce d'une démission soit parfois source de tensions, la coach professionnelle recommande de faire le maximum pour partir tout en restant en bons termes avec ses collègues : « On ne sait jamais d'où viendra la prochaine opportunité professionnelle. Certains trouvent un travail grâce à un ancien chef, un ancien collègue, etc. »

 

La démission, et après ?

Si certains attendent de trouver un nouvel emploi avant de démissionner, d'autres se jettent à l'eau sans connaître la suite. Est-ce risqué ? Selon Marina Movsissian, pas tellement, à condition d'avoir prévu une réserve financière qui permette de vivre
« pendant environ six mois »
. Pour l'experte, quitter un emploi sans avoir trouvé son futur poste peut même s'avérer bénéfique : « Cela permet de faire le point, de se recentrer sur ses envies. Il vaut mieux se retrouver au chômage quelques mois pour prendre le temps de trouver ce qu'on recherche professionnellement plutôt que d'accepter le premier poste venu. »

 

Mots clés

Mots clés

démission

emploi

entreprise

départ

orientation

Ca peut aussi vous intéresser

Vie professionnelle
Vie professionnelle
Vie professionnelle

Article

25.11.2022

Fin de carrière : opter pour la retraite progressive