Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Qu’est-ce que la DME, la diversification menée par l’enfant et comment la mettre en pratique au quotidien

Votre enfant à 6 mois et se tient en position assise ? C’est peut-être le moment de tenter la diversification alimentaire menée par l’enfant (DME). Une manière d’appréhender différemment l’alimentation du bébé.

 

La DME : qu’est-ce que c’est ?

À la différence de la diversification alimentaire classique, la DME consiste pour l’enfant à prendre lui-même en main son alimentation de manière autonome. Exit donc les purées et petits pots. On présente directement au bébé l’aliment : un morceau de banane, une carotte cuite... 

Il est donc recommandé de ne pas commencer la DME avant les 6 mois du bébé contrairement à la diversification classique qui peut être introduite dès les 4 mois. 

« Avant cet âge l’enfant n’est pas assez mature au niveau de ses capacités motrices pour faire la DME », précise Bénédicte, diététicienne spécialiste de la diversification alimentaire. Autre facteur important avant de se lancer dans la pratique : « Il est absolument nécessaire que la croissance du nourrisson soit régulière et sans retard. » Enfin votre bébé doit se tenir assis tout seul pour pourvoir débuter la DME.

Si ces conditions sont réunies, vous pouvez alors proposer à votre enfant plusieurs aliments dans son assiette : « On ne nourrit pas l’enfant, c’est l’enfant qui se nourrit, insiste la spécialiste. Il va chercher lui-même les aliments qu’on va lui donner. » 

Le rôle du parent consiste seulement à bien le surveiller pour assurer une bonne déglutition et lui laisser une plus grande autonomie durant son repas. Autrement dit, si votre enfant préfère manger le dessert avant les légumes, laissez-le faire ! Il pourra alors explorer de son propre chef de nouvelles textures, couleurs et goûts. 


Quels avantages ?

L’autonomie est au centre de cette pratique et permet au bébé de découvrir seul ses propres goûts. En lui proposant divers aliments à chaque repas, vous développez sa curiosité alimentaire. Par ailleurs, l’enfant mange à sa faim et à son rythme ce qui limite considérablement les problèmes de digestion puisqu’il prend conscience lui-même de sa satiété. 

« Durant la DME, l’essentiel de l’alimentation est lacté, que ce soit le lait maternel ou le lait infantile du commerce, rappelle la diététicienne. La diversification, qu’elle soit classique ou menée par l’enfant n’est pas faite pour apporter les nutriments essentiels mais permet le développement sensoriel et l’apprentissage précoce de différents goûts et textures. »


Comment la mettre en pratique ?

Il faut commencer par faire un choix d’aliments qui s’émiettent, se dissolvent facilement : « Par exemple des brocolis ou des petits bouts de poissons que l’enfant peut facilement écraser entre sa langue et son palais ». 
Les aliments riches en fer sont également à privilégier, « parce que la période entre 6 mois et 1 an correspond à celle où l’enfant a épuisé les réserves en fer qu’il avait depuis sa période fœtale et, de ce fait, il risque d’être en carence en fer ». 

En tous les cas, il est essentiel de demander au préalable l’avis d’un pédiatre pour s’assurer que toutes les conditions soient réunies pour votre enfant. 

Enfin, si vous craignez que votre nourrisson s’étouffe, sachez que ce risque n’est pas plus élevé en DME qu’en diversification classique, « les enfants conservent des réflexes nauséeux systématiques et recrachent si un aliment ne passe pas ». Pas d’inquiétude donc, même si « ces réflexes peuvent impressionner certains parents ». 

 

Pour aller plus loin

Mots clés

Mots clés

alimentation

 ‐ 

petite enfance

 ‐ 

autonomie

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

29.07.2022

Ménorragies : des troubles complexes