Retour Articles Vies de famille

Fin de carrière : opter pour la retraite progressive

Avis aux soixantenaires ! Vous arrivez au terme de votre carrière et envisagez une transition en douceur ? Et si vous optiez pour la retraite progressive ? Ce dispositif permet aux salariés de travailler à temps partiel tout en continuant à cotiser.


« J’ai toujours beaucoup aimé mon métier mais, après trente-deux ans de bons et loyaux services, je commence à fatiguer », raconte Marie. Pour son soixantième anniversaire, cette gestionnaire de paie a donc opté pour un cadeau peu commun : la retraite progressive. Objectif ? Se dégager du temps pour jardiner et profiter de ses deux petites-filles.


« Cette alternative au cumul emploi retraite permet, en fin de carrière, de réduire son activité professionnelle, tout en continuant à cotiser, explique Benoit Prince, secrétaire général adjoint de l’Union confédérale des retraités de la Cfdt. De plus, vous touchez votre salaire ainsi qu’une fraction de vos retraites (de base et complémentaire). » Ainsi, lorsque vous demanderez votre retraite définitive, son montant sera recalculé en tenant compte de ces nouvelles cotisations.


Avoir au moins 60 ans et travailler de 14 à 28h par semaine

Pour en bénéficier, vous devez avoir au moins 60 ans « c’est-à-dire l’âge légal de départ à la retraite moins deux ans », précise l’expert –, avoir validé au moins 150 trimestres dans tous vos régimes de retraite obligatoires et, enfin, exercer une ou plusieurs activités salariées à temps partiel ou réduit (pour les personnes qui bénéficient d’un forfait jour). « Concrètement, la somme totale doit être comprise entre 40 % et 80 % du temps complet (soit 14 à 28 heures par semaine) ou de la durée de travail maximale exprimée en jours », éclaircit Benoit Prince, qui précise que certaines professions ou statuts ne sont pas compatibles, à l’instar des fonctionnaires.


« La retraite provisoire est calculée sur la base de vos droits au moment de votre demande », témoigne Marie. Sa part est proportionnelle à votre temps de travail. Pour la calculer, l’équation est simple : 100 % moins la durée de votre nouveau contrat. Par exemple, avec un temps partiel à 60 %, Marie bénéficie de 40 % de sa retraite provisoire. Un simulateur en ligne vous permet d’estimer le montant de vos droits.


Un droit... ou pas ?

Pour en faire la demande, il faut tout d’abord obtenir l’accord de votre employeur « et ce n’est pas une mince affaire », selon Benoit Prince. « Cette réduction du temps de travail implique une réorganisation des services et tous les employeurs ne sont pas enclins à accepter », indique-t-il.


Aujourd’hui, seuls 13 285 salariés en bénéficient*, soit 2 % de l’ensemble de l’attribution des droits à la retraite de l’année 2019. « Il y a encore de la marge ! Tant que la retraite progressive ne sera pas un véritable droit, elle ne sera pas beaucoup sollicitée, estime Benoit Prince. C’est aujourd’hui un droit sous réserve de l’accord de l’employeur... »


 * Selon les chiffres de la Cnav en 2019

 

Mots clés

Mots clés

démarche

emploi

retraite

seniors

Ca peut aussi vous intéresser

Vie professionnelle
Vie professionnelle
Vie professionnelle

Article

02.11.2022

Avant, pendant, après : comment gérer un entretien d’embauche ?