Retour Articles Vies de famille

Colocation : comment trouver celle qui vous ressemble ?

 

Face à la pénurie de logements étudiants et aux prix des loyers, louer un appartement à plusieurs séduit de plus en plus. Dans cet article, vous trouverez témoignages et conseils pour trouver et réussir sa colocation.


Ne pas trop se restreindre


Un rapport d’information du Sénat paru en 2021 pointait un manque de 250 000 logements étudiants pour répondre à la demande. « Sur des villes comme Paris ou Bordeaux, la tension est très forte avec 1 offre de pour 4 ou 5 demandes, constate Thibaut Ehrhart, l’un des fondateurs de La Carte des Colocs, un site spécialisé qui propose de sélectionner gratuitement des offres sur une carte interactive. Le pic d’offres (en mai/juin) et le pic de demandes (après les résultats de Parcoursup et en septembre) n’arrivent pas en même temps. Le premier conseil est de chercher le plus tôt possible. » Dans l’urgence, mieux vaut limiter ses filtres. « Une "coloc" entre filles, meublée, un balcon… peuvent restreindre les résultats. Si l’on accepte de s’éloigner, d’entrer dans les lieux deux ou trois semaines plus tard ou si l’on s’ouvre à la , aux chambres chez l’habitant ou au coliving*, le choix se desserre un peu. »


Le casting


Lisa, 26 ans, plusieurs expériences de colocation, a testé la recherche dans son entourage, via des groupes sur Facebook et en consultant des sites spécialisés, les annonces du Bon Coin, de Roomlala, de Locservice… Pour créer son profil sur un site de recherche, mieux vaut être clair sur sa situation (étudiant, salarié), ses motivations et sa vision de la vie en colocation. « Parler de ses centres d’intérêt, dire qu’on aime rire ou qu’on est végétarien… en dit plus sur soi qu’un CV ou une biographie » plaisante Lisa.
Dès qu’on a identifié une offre « c’est toujours mieux de rencontrer les futurs colocataires sur place, conseille-t-elle. On en apprend plus sur le fonctionnement, l’ambiance de la coloc et le tempérament de ses habitants, que par téléphone ou en visio. » C’est aussi le moment de demander : quel est le rythme de vie des colocataires, qu’aiment-ils faire ensemble, comment se répartissent-ils les tâches ménagères… « Je questionne aussi la raison du départ du colocataire précédent et leur façon de régler les éventuels conflits, explique Lisa. L’ouverture aux autres et le sens de la communication sont les clés d’une cohabitation réussie. »

 

Le chiffre idéal


Les risques de mésentente sont différents selon la taille des espaces à partager, à deux ou à quatre. « À quatre, on peut compter sur un médiateur en cas d’embrouille, les relations sont plus fluides, mais il faut être moins regardant sur l’ordre et la propreté » témoigne Lisa. Selon les cas, le propriétaire peut proposer un seul bail pour l’appartement (éviter la clause de solidarité si on ne se connaît pas) ou un bail par colocataire. Dans les deux situations, chaque locataire peut prétendre aux aides au logement de la Caf s’il répond aux critères d’éligibilité. « Tous ne sont pas étudiants, constate Thibaut Ehrhart, notre site enregistre environ 50% de colocataires étudiants et 40% de salariés, l’âge moyen est de 27 ans ». Pour que l’expérience soit réussie, pas question de la vivre seulement comme une nécessité. Pour Lisa « c’est aussi une bonne façon de s’intégrer dans une nouvelle ville. Et même si je n’ai jamais eu comme motivation principale de me faire des amis, ça arrive aussi ! »


Corinne Maix

 

*En coliving, on partage des espaces et des services communs, tout en ayant une chambre privative meublée, pour un loyer tout compris.

 

 

 

Mots clés

Mots clés

logement

colocation

étudiant

Ca peut aussi vous intéresser

Logement
Logement
Logement

Article

09.02.2024

Colocation intergénérationnelle : 1 toit, 2 générations