Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

La colocation : pour tous !

Depuis la rentrée, Juliette habite à Eragny (Val-d’Oise). Elle partage son logement situé à dix minutes à vélo de son établissement scolaire avec deux colocataires. Mais la brune de 27 ans n’est plus étudiante : depuis maintenant trois ans, elle enseigne le français à des collégiens. La colocation après les études ? Un mode de vie qui se développe.

D’après le baromètre 2017 publié par un site spécialisé dans la colocation, la moyenne d'âge des colocataires est en hausse. La proportion des 18-25 est toujours très forte, mais les plus de 30 ans, voire plus de 40 ans sont plus représentés. 45 % des personnes en colocations seraient salariées et 40 % étudiantes.

Et il ne semble pas y avoir d’âge limite : de plus en plus de retraités tentent l’aventure. Dans l’Est de la France, l’association « Un toit partagé » a mis sur pied un portail dédié à la colocation des plus de 50 ans. « Nous avons dépassé les 1 000 membres en moins d’un an ! s’étonne encore Marie Malenfert, vice-présidente de l’association. Le mode de vie des quinquagénaires a changé, c’est de plus en plus admis de vivre en colocation pour faire des économies ou après une séparation. »
 

Assurance habitation et aides au logement


Quel que soit l’âge, la colocation répond à des règles qu’il est important de respecter. Conviviale, la cohabitation peut parfois rimer avec tensions. Avant de vous lancer, informez-vous bien sur le type de bail que vous signez. Le propriétaire peut signer un contrat individuel avec chaque colocataire ou un collectif comportant le nom de tous les habitants. Dans ce dernier cas, si une des personnes fait défaut dans le paiement du loyer, le propriétaire pourra demander la totalité de la somme aux autres.

Renseignez-vous également sur la souscription à une assurance habitation, et pensez à vos démarches concernant la caisse des Allocations familiales (Caf). Important : le calcul et le montant des aides aux logement diffèrent selon que vous êtes locataire, colocataire ou en couple. Il est important d’indiquer les bonnes informations à votre Caf pour éviter de vous retrouver avec des sommes à rembourser. Pour ce faire, rendez-vous dans votre espace « Mon Compte » du site Caf.fr, rubrique « déclarer un changement ».
 

Ca peut aussi vous intéresser

Logement
Logement
Logement

Article

13.07.2022

Droit de préemption : quand vendre à la mairie s’impose