Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

La thérapie EMDR pour surmonter un stress post-traumatique

Se remettre d’un traumatisme psychique en faisant travailler les yeux ? C’est la promesse de la thérapie EMDR qui consiste à désensibiliser l’événement traumatique. Objectif : reprendre le contrôle de ses émotions et, plus globalement, de sa vie.

 

Dimanche, c’est le jour où la vie de Jean-Yves a basculé. C’était il y a une dizaine d’années mais il s’en souvient comme si c’était hier. « Un automobiliste alcoolisé traverse la nationale à pleine vitesse et percute la voiture qui arrive en sens inverse : la mienne », raconte-t-il. Le bilan est lourd : fractures diverses, traumatisme crânien, dissection de la carotide, accident vasculaire cérébral...

Après une semaine de coma, réveil brutal. Il souffre de troubles du stress post-traumatique (TPST), des « troubles anxieux sévères qui se développent après un événement traumatisant face auquel on se sent impuissant », explique Corinne Teulières, psychiatre.
 

Les impacts sur la vie sociale

« Des flash-backs brutaux surviennent ensuite de manière répétée à la survenue d’un déclencheur (bruit, odeur, sensation corporelle...) qui replongent les personnes dans l’angoisse de l’expérience passée », poursuit-elle. Nombre d’entre elles vivent ainsi dans un état d’alerte permanent et présentent des troubles relationnels, des difficultés de concentration, d’endormissement, voire un état anxio-dépressif.

« Si ces symptômes persistent au-delà de trois mois, le TPST devient chronique, ce qui se produit dans 20 % des cas », ajoute la spécialiste. « J’ai régulièrement des coups de blues. J’ai besoin d’aide », admet Jean-Yves.
 

Retraiter des souvenirs stockés de manière dysfonctionnelle

Après avoir consulté plusieurs psychologues, essayé diverses techniques, c’est finalement la thérapie EMDR (Eye movement desensitization and reprocessing ou désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires, en français) qui trouve grâce à ses « yeux ». « Découverte aux États-Unis en 1987, c’est la psychothérapie qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études, notamment outre-Atlantique », souligne Corinne Teulières.

Première étape : le thérapeute explore l’histoire de son patient, ses antécédents médicaux et psychologiques pour créer le lien et préparer le terrain. Ensuite, il lui demande de se focaliser sur le pire moment de l’événement traumatique et sollicite alternativement la partie gauche puis droite de son cerveau via une gymnastique oculaire et des stimulations tactiles ou auditives.
 

Replonger dans l’enfer pour en sortir ?

« Quand un trauma survient, les émotions, sensations, perceptions sensorielles sont "éclatées", développe l’experte. Cette technique permet l’intégration et l’assemblage des souvenirs stockés de façon dysfonctionnelle dans le cerveau, afin que cette expérience puisse être assimilée, "digérée", de manière ordinaire. » Objectif : évacuer les émotions négatives.

« Même si à l’issue d’une séance je suis littéralement vidé, je prends tout de même un peu d’altitude à chaque fois. Les souvenirs sont de plus en plus cohérents, légers, un peu moins tristes... », observe Jean-Yves qui « reprend pied peu à peu ». À la fin du traitement, il parvient à se confronter à son souvenir sans éprouver la détresse ni les autres manifestions initiales. 

Cette thérapie reconnue a également fait ses preuves pour soigner certains dysfonctionnements sexuels, troubles dissociatifs, de l’anxiété de performance, douleurs chroniques, dépendances ou encore pour surmonter un deuil... « À condition de miser sur le bon praticien », affirme Corinne Teulières. Retrouvez tous les thérapeutes certifiés EMDR Europe sur le site de l’association.
 

Mots clés

Mots clés

santé

 ‐ 

accident

 ‐ 

troubles

Ca peut aussi vous intéresser

Handicap
Handicap
Handicap

Article

10.06.2022

« La Nuit du Handicap permet de se mettre à la place de l’autre »