Retour Articles Vies de famille

L’asthme, une maladie inflammatoire qui se soigne

À l’occasion de la Journée mondiale de l’asthme, le 3 mai, la Professeure Camille Taillé, pneumologue à l’hôpital Bichat et bénévole à la Fondation du Souffle, fait le point sur cette maladie inflammatoire chronique des bronches.

 

D’après les chiffres de Santé publique France, plus de 4 millions de personnes sont touchées par l’asthme en France et plus de 60 000 patients sont hospitalisés chaque année. Responsable de symptômes très variés, cette pathologie peut être très bien contrôlée si le traitement est adapté. « L’asthme se traduit par un rétrécissement du calibre des bronches et provoque de symptômes tels la toux, les sifflements, l’essoufflement, la sensation d’oppression dans la poitrine ou encore le réveil nocturne. La maladie survient par poussées inflammatoires, notamment lorsque le patient est exposé à des irritants ou à des infections respiratoires. À ce moment-là, les symptômes s’amplifient et aboutissent à la crise d’asthme », explique la Professeure Camille Taillé. Les répercussions sur la vie quotidienne sont nombreuses : « L’essoufflement constitue un vrai handicap, car cela limite les patients dans les gestes simples du quotidien, comme marcher ou faire de l’activité physique. L’asthme impacte également beaucoup la qualité du sommeil, responsable d’un état de fatigue, notamment à cause de la toux et des crachats », ajoute-t-elle.

 

Pour mieux vivre avec cette maladie chronique, voici ses conseils d’experte :

 

1.    Consulter au plus tôt pour bénéficier du bon traitement : Il existe des traitements de fond à base de cortisone que l’on prend par voie inhalée, à très petites doses. « Le médicament atteint alors directement les bronches, ce qui permet d’éviter les effets secondaires habituels de la cortisone », indique la Professeure Taillé. Pour les asthmes sévères, il existe des biothérapies, des médicaments anti-inflammatoires autres que la cortisone, qui s’injectent tous les quinze jours ou tous les mois, à domicile, selon les molécules utilisées (il en existe cinq différentes actuellement). « Ces traitements sont très efficaces et s’ajoutent aux traitements de fond. Cela fait partie des avancées thérapeutiques très importantes de ces dernières années », souligne-t-elle.

 

2.    Éviter tout ce qui peut irriter le système respiratoire : « Le plus important des irritants à éviter, c’est le tabac, bien sûr. À la maison, il faut également limiter au maximum l’utilisation de produits ménagers, de bougies parfumées, d’huiles essentielles… », recommande-t-elle.

 

3.    Limiter au maximum le contact avec les allergènes : « Certains allergènes sont plus difficiles à éviter, comme les pollens par exemple. Mais il est possible de limiter l’exposition aux acariens (en aérant sa maison tous les jours, en utilisant des housses pour la literie…) ou encore aux poils d’animaux », observe-t-elle.

 

4.    Avoir une vie saine et équilibrée : « Faire de l’activité physique régulièrement ou consommer une alimentation riche en vitamines et en fibres aident également à contrôler son asthme », ajoute-t-elle.

 

5.    Recourir à l’éducation thérapeutique : Quand on a une maladie chronique, il est important de bien en comprendre les symptômes et les facteurs favorisant leur déclenchement, mais aussi le fonctionnement des traitements et la prise des médicaments, pour savoir lesquels utiliser en cas de crise ou en traitement de fond. « Ce sont des éléments que l’on apprend auprès de son médecin, ou en suivant un programme éducatif au sein d’une "école de l’asthme". L’idée, c’est d’apprendre à vivre avec sa maladie dans l’objectif de devenir autonome avec ses traitements. Tout asthmatique devrait pouvoir augmenter lui-même son traitement lorsque c’est nécessaire, ou même s’auto-injecter ses médicaments pour ne plus dépendre d’une infirmière », conclut-elle.

 

Ca peut aussi vous intéresser

Accident de vie
Accident de vie
Accident de vie

Article

22.12.2023

Travail : comment réagir face au harcèlement sexuel