Retour Articles Vies de famille

Journée mondiale contre le cancer : 3 questions à Axel Kahn

Chaque année, plus de 380 000 nouveaux cas de cancers sont détectés en France. A l’occasion de la Journée mondiale, le président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn, rappelle l’importance, en pleine crise sanitaire, de la prévention et du dépistage.

 

Le professeur Axel Kahn ne cesse d’alerter sur les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur les personnes atteintes de cancer. Le professeur généticien sensibilise aujourd’hui, plus que jamais, à la prise en charge de cette maladie, fragilisée par le contexte actuel.
 

Vies de famille : Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire sur la lutte contre le cancer ? 

 

Axel Kahn : Les personnes malades du cancer sont des victimes collatérales de la Covid. Durant les confinements, de nombreuses personnes ont hésité à se déplacer pour consulter. Cette crise sanitaire a provoqué des retards d’examens, de diagnostics et des reports de traitements ou d’opérations chirurgicales.

Les dépistages systématiques du cancer du sein ont par exemple été totalement interrompus entre mi-mars et juin 2020. Ils ont pu reprendre par la suite, mais à un rythme anormal… Tous les cancers ont été impactés. On évalue à plusieurs milliers le nombre de morts supplémentaires dans les cinq années à venir.

La Ligue contre le cancer s’implique pour tenter de diminuer ces dommages. Le rôle de la prévention et du dépistage est d’autant plus important aujourd’hui ! La prévention concerne les 160 000 cas de cancers qui sont évitables chaque année*, et le dépistage précoce permet d’augmenter les guérisons des cancers pris au début de leur évolution.
 

Où en est-on au niveau de la recherche et du traitement contre les cancers en France ?

Aujourd’hui, environ 56 % des cancers guérissent. Parmi ceux qui ne guérissent pas, certains évoluent en maladie chronique**. Nous progressons lentement, mais sûrement, chaque année. Les deux dernières innovations thérapeutiques sont la thérapie ciblée et l’immunothérapie spécifique.

Ces dernières sont porteuses de grandes avancées et de plus grands espoirs dans le traitement du cancer. Force est de constater, également, une amélioration des techniques plus anciennes comme la radiothérapie, la protonthérapie** et la chirurgie.
 

Quelles sont les priorités de la lutte contre le cancer en 2021 ?

Le premier défi relève de l’actualité. Les personnes malades du cancer sont encore particulièrement menacées par leur maladie et surtout par les conséquences de la Covid sur leur traitement. Le deuxième défi est thérapeutique car il y a encore des cancers qui résistent aux traitements comme le cancer du pancréas ou certains cancers de l’enfant par exemple. Enfin, il y a un défi social : le cancer aggrave considérablement les inégalités socioprofessionnelles et les difficultés économiques.

Il faut que celles et ceux qui suivent un traitement soient accompagnés et protégés. Une personne guérie devrait aussi pouvoir retrouver une place à la hauteur de ses ambitions, dans la société et au travail.  

* 40 % des cancers pourraient être évités en changeant ses habitudes et son mode de vie, selon l’Institut national du cancer

** Lorsque le cancer n'est pas guérissable mais que sa progression est maîtrisée, la maladie peut être considérée comme chronique

*** Technique de radiothérapie ultra précise, qui vise à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant avec un faisceau de particules


Crédit photo : Qualiméra Prod

 

Mots clés

Mots clés

Covid-19

maladie

santé

Ca peut aussi vous intéresser

Accident de vie
Accident de vie
Accident de vie

Article

15.11.2022

Comprendre, prévenir et vivre avec le diabète de type 2