Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Handicap : Manon Lefort met les clichés KO sur les réseaux

Une guerrière. Voilà comment Manon Lefort se décrit sur Instagram. Sur les réseaux sociaux, cette jeune Picarde de 25 ans est plus connue sous le pseudo « Amput_girl ». « Un nom de super-héroïne », explique-t-elle, qui lui donne la force de briser les tabous sur les personnes amputées.
 
Atteinte de la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique du système digestif, Manon Lefort a vu sa vie basculer en 2016. Une occlusion intestinale mal prise en charge déclenche une septicémie. A 20 ans, elle se fait amputer de la jambe droite. 
 
« Après mon réveil du coma, je suis tombée dans une grave dépression, se souvient-elle. Quand j’ai sorti la tête de l’eau, j’ai essayé d’écrire pour me faire du bien. » Quatre ans plus tard, elle comptabilise plus de 29 000 abonnés sur Instagram, 236 000 sur Tik Tok et plusieurs millions de vues
 
 
 

Une prothèse à paillettes

 Sur les réseaux sociaux, elle parle sans détour de son amputation, de sa fatigue, de ses séjours à l’hôpital. Mais surtout, elle met régulièrement en scène son moignon, surnommé affectueusement « Monsieur Patate »… et tant pis si cela dérange ! 
 
« J’ai un humour très noir et décalé, et souvent les gens dans la vraie vie ou sur les réseaux sont beaucoup plus mal à l’aise que moi », s’amuse-t-elle. Son dernier fait d’armes ? Obtenir du chanteur Keen’V qu’il chante une berceuse à sa jambe amputée.
 
« A mes débuts, je postais des photos de mon quotidien, mais je ne montrais pas ma jambe. Je ne voulais pas que les gens voient ce corps qui avait changé. » Puis c’est le déclic : elle abandonne sa prothèse classique pour un modèle... à paillettes. Une prothèse qui lui ressemble, pour montrer sa différence de façon éclatante.
 
« Petit à petit, j’ai commencé à montrer ma prothèse et mon moignon sur les réseaux sociaux. Ça peut choquer, ce sont des choses que la société montre assez peu, donc beaucoup de gens ne savent pas à quoi ça ressemble ! » Les retours positifs des internautes l’aident à retrouver confiance en elle et l’incitent à continuer.
 

Dédramatiser le handicap

 Aujourd'hui, Manon Lefort publie une dizaine de vidéos par jour, dans lesquelles elle partage sans fard sa bonne humeur, mais aussi ses coups de blues. Le but : dédramatiser le handicap et montrer qu’on peut se relever malgré les épreuves. « Je ne suis pas là pour donner une image parfaite. Même si mon côté positif ressort énormément, il y a aussi des moments plus sombres. J’ai envie de montrer cette réalité. »
 

 
Pour expliquer son handicap, la jeune femme interagit régulièrement avec ses abonnés. Les questions qui reviennent le plus ? « Comment je fais pour mettre ma prothèse, pour rester positive, l’acceptation du handicap dans mon couple ? Mais on me pose aussi beaucoup de questions sur mes maladies. » Des pathologies multiples, contre lesquelles elle se bat au quotidien, comme la maladie de Crohn et la spondylarthrite ankylosante, une inflammation chronique des articulations.
 
Manon Lefort l’assure : « 98 % des commentaires que je reçois sont positifs. » Avec quelques exceptions : « Quand je montre mon moignon sur Tik Tok, je suis souvent signalée pour nudité ou sexualisation, alors que ce n’est qu’un morceau de chair ! Résultat, mon compte se retrouve régulièrement bloqué pendant quelques jours. » Mais il en faudra plus pour l’arrêter, promet-elle : « Une guerrière ne baisse jamais les armes, tant qu’elle est en vie ! »
 
Crédit photo : Thomas 77
 

Pour aller plus loin

Le compte Instagram de Manon Lefort
 
Le compte Tik Tok de Manon Lefort
 
Le dossier « Maladie de Crohn : définition et facteurs favorisants » sur le site de l’Assurance maladie
 
Nos articles
 
« Handicap : une plateforme pour les droits et l’emploi »
 
« Handicap : "un employeur recrute d’abord une compétence" »
 
« Alaïs a pu (pour)suivre ses études… grâce à un robot ! »
Mots clés

Mots clés

handicap

 ‐ 

jeunesse

 ‐ 

loisir

Ca peut aussi vous intéresser

Handicap
Handicap
Handicap

Article

10.06.2022

« La Nuit du Handicap permet de se mettre à la place de l’autre »