Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Handicap et pratique sportive : comment se lancer ?

Reprendre une activité physique ou découvrir un sport peut avoir de nombreux bénéfices. Mais lorsque l’on est porteur d’un handicap, il n’est pas toujours facile de trouver une structure. Zoom sur les différents acteurs et dispositifs. 

 

Handicap et sport ne sont pas incompatibles. Mais encore faut-il savoir quelles démarches entreprendre ! Karaté, cours de fitness, marche nordique, tennis de table, natation, rugby… vers qui peut-on se tourner pour se dépenser ?

« Le plus important, c’est avant tout de prendre des renseignements, explique Céline Vial, chargée de mission "sports et handicap" pour la Fédération française sports pour tous. Votre mairie, par exemple, peut vous informer sur les associations qui existent près de chez vous. » Il est aussi possible de prendre contact avec un référent régional de la Fédération française handisport pour poser vos questions.

En fonction de votre handicap, il est possible de trouver des structures proposant des activités adaptées. Des associations nationales spécialisées comme la Fédération nationale des sourds de France (Fnsf) ou l’Association nationale des sportifs de petite taille peuvent vous orienter.
 

Plus de 1 300 associations de sport adapté en France

« Le sport adapté, par exemple, permet aux personnes ayant des handicaps mentaux de pouvoir pratiquer une activité sportive », poursuit Céline Vial. Plus de 1 300 associations sportives sont à découvrir en France. « D’un autre côté, certains clubs sont réservés aux personnes en situation de handicap sensoriel ou moteur, regroupés au sein de la Fédération française handisport. »

Pratiquer un sport avec des personnes non handicapées est aussi possible. « Cela peut être très important pour certaines personnes de savoir qu’elles ne seront pas considérées différemment lors d’un entraînement ou d’un cours de sport », précise Céline Vial. Il existe un réseau de « Clubs sport handicap », répertoriés sur le site www.handiguide.sports.gouv.fr, qui proposent des activités avec des personnes valides ou des activités réservées aux handicapés. Le choix ne dépend que de vous.
 

Vecteur de sociabilisation et épanouissement personnel

Dans la même idée, les clubs de la Fédération sport pour tous proposent aussi une pratique sportive loisir dans un groupe mixte. « Nous sommes, par exemple, en train de développer en région Ile-de-France le rugby à 7 en fauteuil, ouvert à tous et toutes ! », ajoute Céline Vial.

« Une pratique sportive régulière a des vertus positives, que l'on soit handicapé ou non, rappelle Mathieu, éducateur sportif spécialisé et nageur handisport. La pratique sportive peut apporter une confiance supplémentaire, contribuer à l'amélioration des symptômes du handicap dans certains cas, ou limiter l'aggravation dans d'autres cas. C'est aussi un super vecteur de sociabilisation qui permet un véritable épanouissement personnel. »

Pour Céline Vial, c’est le lien social qui prime dans le sport : « Si vous êtes tenté par un sport dans un club, n’hésitez pas à rencontrer directement l’animateur sportif. » Le plus important est de pouvoir se sentir à l’aise pour commencer un sport et s’épanouir dans un environnement bienveillant et accueillant.
 

Mots clés

Mots clés

handicap

 ‐ 

loisirs

 ‐ 

santé

Ca peut aussi vous intéresser

Handicap
Handicap
Handicap

Article

10.06.2022

« La Nuit du Handicap permet de se mettre à la place de l’autre »