Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Grossesse : se faire aider pour arrêter de fumer

Vous êtes enceinte ? Vous avez un projet de bébé ? Vous êtes fumeuse et motivée pour vous lancer dans un sevrage tabagique ? Faites-vous aider ! Car on le sait aujourd’hui : l’accompagnement par un professionnel de santé fait toute la différence.

 

Retards de croissance, petit poids à la naissance, risque de fausses-couches… Fumer pendant la grossesse, c'est exposer son bébé à de multiples conséquences potentielles. Or entre 20 et 25% des femmes enceintes fument en début de grossesse. Et elles sont encore 17% à ne pas avoir renoncé à la cigarette au troisième trimestre de la grossesse. La France détient, dans ce domaine, un triste record parmi les pays européens.

 

Les bienfaits de l’arrêt du tabac

Pour Marie-Josée Falevitch, sage-femme tabacologue, qui forme des sages-femmes à l'accompagnement du sevrage tabagique, « Il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer quand on attend un enfant. Mais plus on arrête tôt, mieux c'est. Les bénéfices de l'arrêt du tabac sont quasi immédiats. »

Dès 8 heures après la dernière cigarette, le taux de monoxyde de carbone dans le sang a baissé de 50% et au bout de seulement 24h l'oxygénation du bébé revient à la normale. Après 2 semaines de sevrage, la fonction respiratoire est restaurée : plus d'essoufflements, l'énergie vitale revient. Un atout certain pour le déroulement de la grossesse et de l'accouchement.


L’atout gagnant du sevrage : être accompagné

« La cigarette est souvent une béquille émotionnelle, un anti-stress. La grossesse est une vulnérabilité de plus. D'où l'importance de se faire accompagner lorsqu'on souhaite arrêter de fumer. » estime Marie-Josée Falevitch. 

« C'est d'autant plus important pour une femme enceinte que la nicotine a une affinité toute particulière avec l'imprégnation hormonale à la progestérone durant la grossesse : la dépendance n'est alors plus seulement psychologique ou comportementale, mais réellement biochimique ! »

Mieux vaut avoir un référent unique pour la durée du sevrage : compétentes pour accompagner le sevrage tabagique et prescrire des substituts nicotiniques, les sages-femmes sont des interlocutrices de choix.
Leurs consultations dédiées au sevrage tabagique et les traitements d'accompagnement sont remboursés par l'Assurance maladie à 70% (et 30% par la mutuelle) jusqu'à 24 semaines de grossesse, et 100% au-delà.

D'autres techniques d'accompagnement global au sevrage tabagique ont également fait leurs preuves. C'est le cas de la sophrologie, de l'acupuncture et de l'hypnose, 3 techniques proposées par certaines sages-femmes.

C'est également le cas des thérapies brèves ou thérapies comportementales et cognitives (TCC), proposées par les psychologues. Dans tous les cas, être accompagnée pour arrêter de fumer augmente de 70% les chances de réussir.

 

Mots clés

Mots clés

grossesse

 ‐ 

tabac

 ‐ 

conseils

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

20.06.2022

Profiter du soleil enceinte, c’est possible !