Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Comment surmonter la peur de l’accouchement ?

Suivre des séances de préparation à l’accouchement, se tourner vers des méthodes de relaxation et parler de ses angoisses à un professionnel permet d’être plus sereine le jour J. Explications.

 

Enceinte, redouter le moment de la naissance est une crainte naturelle. Surtout s’il s’agit de la première fois ou que vous avez rencontré des difficultés médicales par le passé. Pour vous rassurer, la clé est de s’informer sur le déroulement de l’accouchement auprès d’un professionnel de santé.
 
« Les futures mamans lisent, regardent des vidéos, entendent des témoignages… Il faut prendre ce qui est utile, mais laisser de côté les histoires trop personnelles qui peuvent être anxiogènes, conseille Delphine Germain, sage-femme et praticienne en hypnose à Montfermeil (Seine-Saint-Denis). Chaque femme va vivre une aventure singulière dont elle est l’héroïne. »
 
Les cours de préparation à l’accouchement devraient déjà vous éclairer quant au déroulé du jour J, à la manière de gérer les contractions, de pousser... Profitez également des consultations avec votre gynécologue ou votre sage-femme pour poser des questions plus personnelles si besoin.
 
Si votre peur est liée à d’éventuelles complications, à la crainte de mal gérer la douleur ou de ne pas réussir à pousser, l’hypnose peut être utile, indique Delphine Germain : « On va travailler sur les ressources de chacune, se souvenir des réussites passées pour s’appuyer dessus. Le corps sait accoucher, on aide juste les femmes à avoir confiance en elles. »
 

Envisager les contractions comme des alliées

 En deux ou trois séances, il est également possible d’apprendre l’auto-hypnose pour calmer sa peur par soi-même le jour J. La sophrologie, une autre méthode de relaxation, peut aussi aider à mieux gérer la douleur et le stress le moment venu.
 
Enfin, rappelez-vous que vous serez bien entourée. Outre l’équipe soignante, votre conjoint ou un proche pourra être à vos côtés. Ensemble, vous pourrez refaire les exercices de détente et de respiration appris lors de la préparation à l’accouchement.
 
« L’accompagnateur ne peut pas enlever la douleur, mais il a une qualité de présence. Il peut encourager la femme enceinte en lui disant qu’elle est capable, qu’il a confiance en elle... », ajoute la sage-femme.
 
Par ailleurs, l’experte encourage à changer de point de vue sur les contractions. Les voir comme une force extérieure douloureuse amplifie la peur, ce qui peut bloquer le corps et ralentir l’accouchement. Voyez-les plutôt comme des alliées produites par votre corps pour vous rapprocher de votre bébé.
 

Mots clés

Mots clés

enfants

 ‐ 

accouchement

 ‐ 

astuce

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

29.07.2022

Ménorragies : des troubles complexes