Retour Articles Vies de famille

Comment réduire l’empreinte carbone de notre alimentation ?

De la production à la consommation, notre modèle alimentaire contribue largement au réchauffement climatique. Pour preuve : le quart* des émissions de gaz à effet de serre en France est causé par notre alimentation ! Heureusement, des solutions existent. 

 

Aujourd’hui, nos systèmes alimentaires (productions agricoles, procédés de fabrication de l’industrie agroalimentaire, mode de transport, distance parcourue des produits…) ont des impacts sur notre environnement. « Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le transport n’est pas le plus grand pourvoyeur de gaz à effet de serre. C’est la production, en particulier de viande, qui en émet le plus », souligne Nicole Darmon, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inrae**. Ces émissions sont dues à la production et à la préparation des aliments nécessaires pour nourrir les bêtes (préparation des engrais, travail de la terre, préparation des aliments…), à la fermentation gastrique des ruminants qui dégage du méthane (un gaz à effet de serre), au stockage et à l’utilisation comme engrais du fumier et du lisier des bovins et des porcs, et à la transformation des animaux en denrées alimentaires.

 

Un rééquilibrage nécessaire

« Bien que notre alimentation soit plus diversifiée qu'il y a 50 ans, elle contient également plus de graisses, de sucres et de protéines animales », observe Nicole Darmon. Preuve que nos choix alimentaires contribuent à aggraver le bilan écologique. En outre, nous optons de plus en plus pour des aliments transformés, conditionnés et réfrigérés, ce qui entraîne une consommation accrue d'énergie et de matières premières pour les emballages. Nous achetons toutes sortes de produits toute l'année, ce qui implique la culture de produits en serres chauffées (10 à 20 fois* plus d'émissions de gaz à effet de serre que les cultures en plein champ) ou leur importation depuis de lointains pays, parfois en avion.
Heureusement, les consommateurs ont la capacité de réduire les impacts de leur alimentation sur l'environnement en faisant des choix éclairés. Les recommandations de l’Oms*** appellent à un rééquilibrage des apports entre produits végétaux et animaux. « Mais attention, réduire la part des produits animaux ne servira la durabilité et la qualité de nos régimes que si c’est au bénéfice d’une grande diversité de produits d’origine végétale de bonne qualité nutritionnelle », prévient Nicole Darmon. On préfèrera donc les céréales complètes aux céréales raffinées, et on pensera davantage à cuisiner les légumineuses (lentilles, fèves, haricots secs…), des sources de protéines très prometteuses. Autre solution : diviser par deux le gaspillage alimentaire réduirait les émissions de gaz à effet de serre d’environ 5 %* à l’échelle de la planète.
Globalement, en adaptant nos achats et notre consommation à nos besoins, en limitant le gaspillage alimentaire et en privilégiant des produits plus respectueux de l'environnement, nous pouvons influencer tous les acteurs de la chaîne alimentaire et encourager une alimentation plus écologique.

* Source : Ademe
** Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement
*** Organisation mondiale de la santé

Alimentation durable, des astuces pour s’y mettre !

Depuis 2021, la Mres (Maison régionale de l’environnement et des solidarités) organise les Défis alimentation durable, en partenariat avec Aprobio, le réseau des acteurs bio des Hauts de France. Le principe ? « En famille ou entre amis, des citoyens font le pari de manger plus sain, de consommer plus local ou encore de supprimer le gaspillage alimentaire, explique Solène Berry, chargée de missions au sein de l’association. L’aventure dure quelques mois et comprend des challenges thématiques (cuisiner de saison, acheter en circuit court, intégrer un repas végétarien, consommer bio…) et des ateliers pratiques (découverte des fruits et légumes de saison, visite d’une ferme, escape game sur les perturbateurs endocriniens…). » Chaque équipe reçoit un kit participant et est invité à se connecter sur la plateforme Déclics pour remplir un diagnostic de départ et constater son évolution au fil des mois. Dans les Hauts-de-France, déjà 500 se sont lancés dans un défi en 2023 !

Vous aussi, vous souhaitez alléger votre assiette ? Suivez les conseils de Solène Berry :

1-    Mangez moins de viande, mais de meilleure qualité (bio, label rouge…)
2-    Pensez aux légumineuses (local, bio)
3-    Privilégiez les fruits et légumes de saison (local, bio)
4-    Luttez contre le gaspillage alimentaire en planifiant vos menus
5-    Apprenez à cuisiner les restes alimentaires
6-    Pensez aux circuits courts (en achetant directement chez les petits producteurs)
7-    Évitez le suremballage et achetez en vrac

Pour aller plus loin :

  • Calculateur Nos gestes climats pour estimer l’empreinte carbone de votre consommation
  • Plateforme Frais et local pour localiser des producteurs près de chez vous
  • Plateforme Déclics pour retrouver tous les défis éco-citoyens organisés près de chez vous

Nos articles :

 

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

22.01.2024

Premiers jours du premier enfant : une nouvelle vie, de nouvelles habitudes