Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Comment prévenir les maladies cardiovasculaires ?

Les maladies cardiovasculaires sont l’une des premières causes de mortalité en France . Pourtant, des facteurs de risques sont évitables. Quelles sont les bonnes habitudes à adopter ? Comment reconnaître les symptômes ? On fait le point.

 

140 000 personnes décèdent chaque année en France des conséquences d'une maladie cardiovasculaire (désormais aussi appelée maladie cardio-neurovasculaire). « Lorsque l’on parle de ces maladies, on parle surtout de l’athérosclérose, ce sont des plaques de cholestérol calcifiées, qui vont venir boucher les artères », explique le cardiologue Fabien Guez. 

Et les conséquences sont lourdes : « Quand une artère coronaire qui irrigue le cœur est touchée, elle peut provoquer un infarctus. Si c’est une artère cérébrale, un accident ischémique transitoire ou un accident vasculaire cérébral. Les artères des jambes peuvent aussi être touchées, elles se rétrécissent, on parle alors d’une artérit », développe le spécialiste et auteur d’un ouvrage sur le sujet.
 

La plupart des facteurs à risque sont évitables 

L’hérédité, le sexe et l’âge (plus on vieillit, plus il y a de risques) sont des éléments irrémédiables. Mais, il y a aussi des facteurs de risques évitables : le diabète, l’hypertension, la sédentarité, le surpoids et surtout le tabac. « Le tabac multiplie par sept les risques de maladies cardiovasculaires », souligne le cardiologue, qui met particulièrement en garde contre l’association pilule et tabac chez la femme. 

Car, contrairement aux idées reçues, « les femmes abîment tout autant leurs artères que les hommes. Elles stressent, fument, boivent, prennent des traitements hormonaux », rappelle Fabien Guez. Les maladies cardiovasculaires sont ainsi devenues la première cause de mortalité chez la femme et la deuxième chez l’homme. Avec des conséquences souvent plus graves. « Leurs artères coronaires sont plus fines, elles sont atteintes plus facilement et plus gravement. » 


Vigilance sur les symptômes à l’effort ! 

Alors comment reconnaître les premiers symptômes ? « À l’effort, un essoufflement inhabituel, des palpitations, une douleur », doivent alerter prévient le cardiologue.  
« Il faut tout de suite consulter son médecin traitant ou son cardiologue. Il faut être à l’écoute des signes d’alertes. Le symptôme caractéristique de la grosse douleur, qui vous prend en étau et irradie dans le bras gauche, ce n’est pas la majorité des cas. Seulement deux fois sur dix. »

Même sans signes d’alerte, il est nécessaire de réaliser un bilan des facteurs de risques à partir de 40 ans chez l’homme et 50 ans chez la femme. Il est conseillé de le faire avant, si l’on a des antécédents ou des facteurs de risques. 

Et pour se prémunir, une bonne hygiène de vie est indispensable. « Sans pour autant tomber dans les extrêmes », insiste le cardiologue. « Dans la mesure du possible éviter les aliments transformés, la charcuterie, ne pas manger trop gras, ni trop salé. Ne pas fumer. Faire une activité physique régulière et ne pas oublier de se faire plaisir. » Car la dépression est aussi un facteur de risque !

 

Mots clés

Mots clés

maladie

 ‐ 

santé

 ‐ 

tabac

Ca peut aussi vous intéresser

Accident de vie
Accident de vie
Accident de vie

Article

29.06.2022

La crise sanitaire impacte la santé mentale des adolescents