Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Comment bien choisir son moyen de contraception ?

Chaque femme est différente, mais pour éviter une grossesse non désirée, le choix d’un moyen de contraception adapté est essentiel. Reste à savoir lequel... Passage au crible des différentes méthodes.

 

Choisir une contraception est préconisé dès lors que l’on commence à avoir une vie sexuelle active, notamment pour éviter de tomber enceinte quand on ne le souhaite pas. Ce choix est très personnel. Il dépend de l’âge, du mode de vie, des antécédents médicaux, et doit aussi prendre en compte les préférences de la jeune femme.
 
« La meilleure solution pour l’une ne vaut pas forcément pour les autres, estime le docteur Thierry Harvey, gynécologue-obstétricien et chef de service à la maternité des Diaconesses à Paris (12e arrondissement). D’où la nécessité pour nous, médecins, de nous intéresser à la personne que l’on a en face. Et de consacrer la première consultation gynécologique à une vraie discussion, sans spéculum ni toucher vaginal. »
 
A noter, les jeunes filles mineures peuvent bénéficier gratuitement de certains contraceptifs. Elles ont également droit à deux consultations gratuites et protégées par le secret médical : une pour la prescription, l’autre pour le suivi. Ces consultations peuvent avoir lieu chez un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme, en cabinet libéral, dans un centre de santé ou un planning familial.
 

Avantages et inconvénients de chaque méthode
 

Le préservatif

  • Avantage : C’est le seul moyen de contraception qui protège également contre les infections sexuellement transmissibles. C’est aussi la seule méthode contraceptive non définitive utilisable par les hommes.
  • Inconvénient : Attention, « son efficacité est dans les faits très moyenne. On estime que le taux d’échec est de 14 % », car le préservatif n’est pas toujours utilisé correctement, explique le docteur Harvey.

 
La pilule

  • Avantage : La pilule estroprogestative de 2e génération généralement prescrite aux jeunes filles est très faiblement dosée et peut aussi avoir un effet positif sur l’acné. « Prise en continu en enchaînant deux plaquettes elle permet d’éviter d’avoir ses règles à certaines occasions », pour empêcher les douleurs menstruelles par exemple, rappelle le Dr Harvey.
  • Inconvénient : Si vous êtes tête en l’air, ce n’est peut-être pas la meilleure option. Car le risque principal avec la pilule... c’est d’oublier de la prendre. Par ailleurs, elle est contre-indiquée pour les fumeuses, car elle augmente le risque de phlébite et d’infarctus .

 
Le dispositif intra-utérin ou Diu (ex-stérilet)
Il en existe deux sortes : l’un au cuivre, l’autre diffusant une petite quantité d’hormones, tous deux efficaces pendant cinq ans.

  • Avantages : un Diu se fait oublier. Il est très efficace, avec moins de 1 % d’échec. Il ne bloque pas l’ovulation : dès son retrait, la femme peut tomber enceinte si elle le souhaite.
  • Inconvénient : une gêne peut être ressentie lord de la pose du dispositif. Au cuivre, le Diu peut rendre les règles plus abondantes et douloureuses.

 
Le patch et l’anneau
Ces deux contraceptifs à longue durée d’action agissent comme la pilule et présentent les mêmes contre-indications médicales.

  • Avantages : la tranquillité. L’anneau est positionné au fond du vagin pour trois semaines. Quant au patch, il est collé sur la peau trois semaines sur quatre.
  • Inconvénient : le patch peut être un peu irritant et se décoller. L’anneau peut supprimer les règles, ce qui n’est pas apprécié de toutes les femmes.

 
L’implant
Bâtonnet cylindrique de 4 cm de long, il est injecté sous la peau du bras ou de la cuisse.

  • Avantage : bloque l’ovulation pendant trois ans et supprime donc les règles.
  • Inconvénient : peut provoquer des saignements durant les trois à six premiers mois.

 
Enfin, que penser des méthodes naturelles : courbe de température, examen de la glaire cervicale, retrait… ? Le docteur Harvey est catégorique : « Ces techniques reviennent à jouer avec le feu. Le taux d’échec est très élevé : 30 à 40 %. Ce qui en fait un moyen de régulation des naissances plus qu’une contraception fiable. »
 
 

 

Mots clés

Mots clés

contraception

 ‐ 

jeunesse

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

29.07.2022

Ménorragies : des troubles complexes