Retour Articles Vies de famille

Cododo : des bienfaits pour toute la famille

Sujet de débats, le sommeil partagé présente pourtant de nombreux bienfaits pour le nourrisson et ses parents, reconnus par de nombreux professionnels de santé. À condition qu’il soit fait dans les meilleures dispositions possibles, et en toute sécurité.

 

Dans le même lit ou de la même chambre ? Dans ces deux cas, le sommeil est partagé : l’autre nom du cododo. Pratiqué dans plusieurs pays asiatiques et nordiques, il est adopté par de nombreux parents français. Toutefois, plusieurs conditions doivent être réunies pour en profiter.


Sécurité d’abord

Si le cododo est réputé pour diminuer les risques de mort subite du nourrisson, certaines règles restent indispensables : « La chambre doit être entre 18 et 20 degrés », prévient d’emblée la sage-femme Hafida Ansel. Autre élément-clé en cas de partage ? « Le lit doit être assez grand, idéalement 1m60 de large, plutôt bas et son matelas ferme. L’essentiel est qu’il y ait suffisamment de place pour tout le monde. » 

La place, en particulier celle que doit occuper le nourrisson, répond aussi à certains critères : « Il doit être placé sur le côté du lit, sans être au bord. Beaucoup de parents l’installent spontanément entre eux, mais cela présente des risques d’étouffement », alerte l’experte. L’enfant doit être positionné sur le dos, à plat et sans oreiller. Des conditions également applicables s’il dort dans un lit contre ou à côté de celui des parents. Concernant ces derniers, certaines conditions ne sont pas compatibles avec le cododo : prise de somnifères, de tabac, de drogues et obésité. 


Cododo : des vertus multiples

« Après la naissance, il est normal pour une mère de vouloir rester proche de son bébé. Pour lui, c’est un besoin physiologique », énonce Hafida Ansel. Des besoins réciproques auxquels le cododo répond et qui entraîne une amélioration du sommeil, souvent mis à mal pendant les premiers mois : « Les rythmes de sommeil d’un nouveau-né et de sa mère s’harmonisent naturellement. Si bien que, même entrecoupés, ils sont bénéfiques. » Victoire, maman d’un petit garçon de 4 mois, confirme : « Nous avions prévu de pratiquer le cododo avant sa naissance et avions spécialement acheté un lit nacelle, à accoler à notre matelas. Cela nous rassurait de pouvoir veiller sur lui sans avoir besoin de se lever. » 

Le sommeil partagé, une question de confort ? « J’allaite mon fils qui se réveille encore la nuit : il me suffit d’étendre les bras pour le prendre. Lorsque je sens que je vais vite me rendormir, je me mets en position de sécurité, afin qu’il tète et se rendorme à son tour. »

À échelle du couple, la crainte que cette pratique ne diminue son intimité n’a pas lieu d’être, pour la sage-femme : « Dormir avec son enfant près de soi limite le stress de nombreux parents, qui se lèvent plusieurs fois dans la nuit pour vérifier que tout va bien. Côté intimité, il n’y a pas que dans la chambre à coucher que l’on peut se retrouver ! » Le cododo ? Une occasion aussi de réinventer son couple.

 

Pour aller plus loin

Mots clés

Mots clés

enfants

naissance

parent

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

09.11.2022

Reprendre sa vie en main après une rupture amoureuse