Retour Articles Vies de famille

Endométriose : 1 femme sur 10 concernée !

En France, plus d’une femme sur dix souffre d’endométriose, parfois sans même le savoir. « C’est une maladie qui cause de vives douleurs, généralement pendant les règles, mais qui peut aussi se développer et provoquer des douleurs urinaires, des douleurs pendant les rapports sexuels, des troubles intestinaux, une fatigue chronique et même causer des problèmes de fertilité, explique Nathalie Clary, présidente d’Endomind, association qui lutte pour faire connaître la maladie et aider les femmes concernées.

Comment se propage cette maladie d’origine gynécologique ? « L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Au lieu de se désagréger au moment des règles, il va se fixer sur d’autres organes du corps et provoquer des lésions, des kystes et des nodules très douloureux », détaille la présidente de l’association, elle-même atteinte d’endométriose.
 
Les symptômes et la sensation de douleur varient fortement selon les femmes, c’est pourquoi il est important de consulter un médecin au moindre signe. « Avec le temps, l’endométriose peut stagner ou atteindre les reins, l’appareil digestif ou plus rarement les poumons, voire même les yeux et le cerveau* », explique Nathalie Clary.
 

Des examens confirment la maladie

 
Malheureusement, la prise de conscience récente du problème de l’endométriose fait que certains médecins ne parviennent pas toujours à détecter la maladie. « Beaucoup de femmes s’entendent dire que c’est normal d’avoir mal pendant les règles, mais c’est faux ! Il ne faut donc pas hésiter à demander un deuxième avis ! », conseille Nathalie Clary.
 
Les associations spécialisées comme Endomind proposent des cartes interactives avec la liste des praticiens spécialistes. Ils pourront généralement confirmer une endométriose avec une échographie pelvienne, une endoscopie vaginale, une IRM, voire une coloscopie.
 

Ne pas retarder la première grossesse


Pour les femmes qui ont un désir d’enfant, il est important de vite poser un diagnostic. D’après l’association EndoFrance, « 30 à 40 % des femmes atteintes d’endométriose connaissent des problèmes de fertilité, et découvrent qu’elles sont atteintes de la maladie lors d’un bilan d’infertilité ». Or la maladie ne crée pas un environnement favorable à la fécondation. De nombreux médecins conseillent à leurs patientes qui en sont atteintes de ne pas trop retarder leur première grossesse.

Pour celles qui rencontrent de grandes difficultés pour tomber enceinte, les associations de lutte contre l’endométriose les informent sur les techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) : stimulation de l’ovulation, insémination artificielle, fécondation in vitro (FIV)… En cas d’infertilité ou de trop grandes difficultés, l’adoption est également une solution.
 
A l’heure actuelle, il n’existe pas de solution pour guérir définitivement de l’endométriose. Il est néanmoins possible d’utiliser un moyen de contraception afin de réguler le cycle des règles et réduire les douleurs. Une chirurgie peut également être envisagée pour les femmes qui souffrent le plus.
 
* Ces deux derniers cas sont encore plus rares
 

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

17.10.2022

« L’avortement est un droit fondamental »