En quelques mots

Plus de deux parents sur cinq estiment aujourd’hui difficile l’exercice de leur rôle et quatre parents sur dix indiquent se sentir parfois ou souvent seuls face à l’éducation de leur enfant et avoir besoin du soutien d’autres parents pour trouver des solutions aux difficultés qu’ils rencontrent. La petite enfance et l’adolescence constituent les périodes durant lesquelles ce besoin d’accompagnement est le plus prégnant. 

 

Le fonds national parentalité (Fnp) est un levier essentiel pour soutenir et structurer la déclinaison de la politique parentalité et accompagner les dynamiques de mise en réseau des acteurs sur les territoires, via le financement d’une fonction d’animation parentalité dans chaque département.

 

Ce fond est structuré autour de trois grands axes :

  1. Le financement d’actions conduites dans le cadre des réseaux d’écoute d’appui et d’accompagnement des parents (Reaap) : créés en 1999, les Reaap impulsent dans chaque département la mise en place de dynamiques locales afin d'accompagner et de soutenir les parents dans leur vie familiale. Les actions soutenues dans ce cadre peuvent être des groupes de paroles de parents, ateliers, conférences, café des parents, manifestations événementielles autour de la parentalité, … L’ensemble des principes et missions du Reaap sont déclinés dans une charte nationale élaborée en partenariat avec les mouvements familiaux, la caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), les services de l’Etat et les associations d’élus locaux ;
  2. L’animation de la parentalité à l’échelle des territoires qui vise à soutenir le développement de missions de coordination et d’animation parentalité à l’échelon départemental ;
  3. Et plus récemment le soutien au fonctionnement de “lieux ressources” du type Maisons des familles, Espace des parents, Maisons des 1000 premiers jours … ces structures proposent en leur sein ou en partenariat avec les acteurs du territoire une offre d’information, d’accompagnement de proximité aux parents , l’accès à des dispositifs de soutien à la parentalité tels que des services de médiation familiale, des permanences de psychologues, … ou le cas échéant des interventions de professionnels spécialisés dans l’accompagnement de la relation parents enfants. Ces lieux en émergence dans de nombreux territoires permettent ainsi de regrouper la réponse parentalité dans un même lieu pour la rendre plus accessible à l’ensemble des parents et améliorer sa visibilité.

 

Des structures et services spécialisés auprès de publics spécifiques tel que les parents incarcérés, notamment les Relais Enfants Parents (REP), rentrent aussi dans ce cadre. Elles ont un rôle essentiel pour organiser l’accompagnement des enfants vers les maisons d’arrêts ou centres pénitentiaires, souvent éloignés du lieu de domicile de l’enfant.

 

 

Pour qui ?

Les porteurs de projets Reaap ou structures de type "maison des familles"

Quoi ?

Une aide au fonctionnement de 80% du coût annuel au plus pour les actions Reaap et de 60% dans la limite d'un plafond pour les structures .

Quelles conditions?

Inscrire les projets dans une dynamique partenariale

 

  En quelques chiffres 

 
7 500 actions conduites par 3 700 structures mobilisées dans le cadre des Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (Reaap) en 2020.
31,9 millions d’euros consacrés par les Caf au titre du Fonds national parentalité.    

 

 

Ce que la Caf vous propose et ce qu'elle vous demande

 

Les modalités d'attribution des financements

S’agissant du financement des actions dans le cadre des Reaap, le principe du co-financement est une règle afin d’inscrire les projets dans une dynamique partenariale. Le montant total des financements accordés par la branche Famille ne peut pas excéder 80 % du coût total annuel de fonctionnement de l’action.

Ce pourcentage d’intervention n'est pas attribué de manière systématique, mais est apprécié en fonction des partenariats pouvant être mobilisés en complément et dans la limite des crédits disponibles.

 

Concernant le soutien au développement des structures du type « maison des familles » « espaces parents » « maison des 1000 premiers jours », … l’aide au fonctionnement de la Caf peut couvrir 60% des coûts de fonctionnement dans la limite d’un prix plafond fixé à 39 470 €. Le montant maximum de l’aide versée dans ce cadre ne peut donc excéder 23 682 € pour l’année 2022.

 

Les demandes de financements s’effectuent via une procédure annuelle d’appel à projets accessible à partir du portail Elan Caf (Espace en Ligne pour l’accès aux Aides financières en actioN sociale).

Ce portail permet aux porteurs de projet Parentalité de faire leurs demandes de subvention ou de labellisation directement en ligne.

Pour connaitre la date de lancement de l’appel à projet, rapprochez-vous de votre Caf.

  

 

 

  Bon à savoir:

Les services d’écoute personnalisées et de proximité s’appuyant sur des plateformes téléphoniques dédiées aux parents peuvent aussi être financées par la Caf dans le cadre du Fond national parentalité de même que la coordination des promeneurs du Net «parentalité » à l’instar de ce qui existe pour les Promeneurs du Net « jeunesse ». Le montant maximal pouvant être versé est de 20 000€.              

 

 

Les actions à visée exclusivement individuelle, thérapeutique et de bien-être à l’attention des parents peuvent- elles être financées dans le cadre du Reaap ?

Non, sont exclues du financement du Reaap :

  • les actions à visée exclusivement individuelle, thérapeutique et de bien-être à l’attention des parents (ex/ consultation de psychologue, actions de guidance familiale et parentale, coaching parental, séances de sophrologie etc) ;
  • les actions à finalité uniquement sportive, culturelle, occupationnelle et de loisirs ;
  • les actions d’aide aux départs en vacances ou en week-end des familles si elles ne s’inscrivent pas dans un cadre collectif de préparation du départ et portent sur le versement d’aides financières aux familles ;
  • les actions qui relèvent d’une prise en charge spécialisée au titre de la protection de l’enfance, de la prévention de la délinquance ou de la prévention spécialisée;
  • les actions conduites par des prestataires privés de profession libérale (psychologue, consultant parentalité…) ;
  • les actions de formation destinées à des professionnels ;
  • les actions d’animation et de mise en réseau des acteurs du soutien à la parentalité (ex/ organisation de journées professionnelles départementales).