Edito


20 Décembre 2017

Partager


L’avenir vient de loin !

Jean-Louis Deroussen, président du Conseil d'administration et Vincent Mazauric, directeur général de la Cnaf

 

La branche Famille de la Sécurité sociale célèbre cette année ses 50 ans. Un anniversaire qui nous invite à jeter un œil dans le rétroviseur, mais aussi et surtout à nous tourner Nous avons été particulièrement heureux de célébrer ensemble, le 30 novembre dernier, les 50 ans de la Caisse nationale des Allocations familiales, avec l’ensemble des présidents et directeurs de Caf réunis à Paris, avec leurs partenaires, en présence d’Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé. La plupart des anciens présidents du conseil d’administration et directeurs généraux de la Cnaf étaient présents pour témoigner de leurs convictions et de leur engagement au service de la branche Famille de la Sécurité sociale.
L’occasion de rappeler que la création de la branche Famille a, de fait, précédé celle de la Sécurité sociale. Bien avant l’ordonnance de 1945 créant la Sécurité sociale, les lois de 1932 sur le sursalaire familial et de 1938 sur les allocations familiales préfiguraient déjà les Caf, plongeant leurs racines dans les caisses de compensation professionnelles puis interprofessionnelles, pour organiser la solidarité au profit des familles les plus nombreuses.
L’ordonnance de 1967, dite ordonnance Jeanneney, du nom de Jean-Marcel Jeanneney, ministre des Affaires sociales de l’époque, représenté par son fils Jean-Noël Jeanneney le 30 novembre dernier, a confirmé l’identité propre de la branche Famille, en organisant sa gouvernance et son autonomie administrative et financière.
Depuis, la branche Famille n’a cessé de s’adapter à l’évolution des différents visages de la famille et de la société française : de l’accompagnement du baby-boom de l’après-guerre jusqu’à l’émergence de nouvelles précarités plus contemporaines, en passant par la conciliation des vies familiales et professionnelles et le soutien à la parentalité.
À l’heure où le mandat du président du conseil d’administration se termine et où celui du directeur général s’ouvre, c’est la force de notre institution qui s’exprime à travers cette continuité.
Cette force doit lui permettre de faire face aux nouveaux défis qui se font jour avec la future convention d’objectifs et de gestion, dont la signature avec l’Etat aura lieu dans les mois prochains, pour les cinq années à venir.
Parmi ces nouveaux défis, l’accès aux droits et la lutte contre le non recours aux droits. Une exigence collective qui s’impose avec force à notre système d’information, mais aussi à notre relation de service, et plus globalement à la posture de notre institution vis-à-vis de nos allocataires, et a fortiori vis-à-vis de ceux qui ne le sont pas encore mais qui ont vocation à l’être.
Pour y faire face, nous ne pouvons agir seuls. Plus que jamais, nous avons à consolider les partenariats qui structurent l’action de la branche en l’articulant avec celle de l’Etat, des collectivités territoriales et du secteur associatif. La négociation de la future Cog constitue donc une opportunité de plus pour approfondir et conforter ces partenariats afin de coller au mieux à la réalité des territoires et d’unir les forces au service des plus fragiles.
Longue vie à la branche Famille de la Sécurité sociale !

Aide