Nom de la Caf
Caisse d'Allocations familiales
Territoire
de l'Essonne
N° de département
91

Action sociale : anticiper les besoins des allocataires et des partenaires

Action sociale : anticiper les besoins des allocataires et des partenaires

 


Quelles sont les perspectives pour la Caf de l’Essonne en cette nouvelle année ? 
Faisons le point avec Rémi Berninger, le directeur en charge de l’action sociale. 
 

Quel a été l’événement le plus important de 2023 ? 


Rémi Berninger : « L’année 2023 a été particulière pour la branche Famille de la Sécurité sociale. 

Elle a été marquée par deux événements majeurs : sur un plan national, la signature de la Convention d’objectifs et de gestion (Cog) et sa déclinaison pour l’Essonne, celle du Contrat pluriannuel d'objectifs et de gestion (Cpog) en toute fin d’année. 

Notre nouvelle feuille de route pour les 5 prochaines années est ambitieuse. Elle concerne de nombreux champs comme l’accès aux droits, la création d’un service public de la petite enfance, la jeunesse, le logement, la parentalité…

Les Ctg (Conventions territoriales globales) signées avec des communes ou avec des Epci (Établissements publics de coopération intercommunales) représentent de puissants leviers pour déployer cette stratégie ». 


D’importantes évolutions sont attendues. Pouvez-vous en citer quelques-unes ?  


Rémi Berninger : « L’un des points essentiels me parait être la révision du Règlement intérieur d’Action sociale (Rias).  

Cette révision a été élaborée grâce à notre démarche d’écoute : des partenaires, des , des équipes et, bien sûr, des membres du conseil d’administration de la Caf. 

Cela va concerner les aides financières individuelles et les aides financières collectives. 

« Nous allons revaloriser le des quotients familiaux pour les aides aux familles. Nous nous devons d’être encore plus présents à leurs côtés en cette période économique difficile pour les plus vulnérables ».

Nous allons aussi apporter de nouvelles aides aux assistants maternels. Cela concerne notamment les primes au renouvellement du matériel. 

Les aides à l’investissement pour les structures consacrées à la jeunesse vont, elles aussi, être enforcées. Je pense en particulier aux de jeunes travailleurs (Fjt).

Les nouveaux espaces de rencontres dédiés à la parentalité vont bénéficier de davantage de subventions.

Les services itinérants seront développés dans les zones urbaines en complément des dispositifs déployés sur un plan national ». 
I
« Les fonds locaux d’action sociale progresseront en Essonne de 500 000 euros par an jusqu’en 2027.  
Nous allons donc revoir les aides et en créer de nouvelles. Notre mission est d’anticiper les besoins des allocataires, mais aussi ceux des partenaires »

 

Les quartiers situés en territoire Politique de la ville vont aussi retenir toute votre attention…  


Rémi Berninger : « Absolument. Une nouvelle cartographie est entrée en vigueur le 1er janvier 2024. 

C’est la première fois depuis la création des QPV (Quartiers en politique de la ville) en 2014 que la liste a été mise à jour. 


Nous allons y être particulièrement attentifs et apporter aux collectivités concernées les aides nécessaires pour ouvrir, par exemple, des centres sociaux ». 


Le renforcement des partenariats s’impose comme l’une des priorités en 2024


Rémi Berninger : « Tout à fait. 

Celui avec la Cpam a été concrétisé par la signature d’une convention le 29 janvier dernier. 

La volonté de nos deux organismes est de garantir l’accès aux droits et d’améliorer le service rendu aux usagers notamment auprès des populations les plus fragiles.

Dans ce cadre, des parcours seront déployés pour certains publics communs (sur la naissance ou certaines catégories de jeunes par exemple).

Nous souhaitons également renforcer notre partenariat avec ». 


 

Espace de publication

Tout savoir sur les nouveaux Rias (Règlements intérieurs d’action sociale)

Tout savoir sur les nouveaux Rias (Règlements intérieurs d’action sociale) 

 

Le vote du conseil d’administration de la Caf concernant la révision des Rias est intervenu le 8 février et sa mise en application, le 1er mars. 

Nous vous proposons de découvrir les évolutions majeures apportées aux aides financières individuelles et aux aides financières collectives. 


« La révision des Rias s’est déroulée dans un contexte particulièrement favorable et opportun pour envisager une refonte ambitieuse des aides individuelles et collectives », annonce Lella Abbas, attachée de direction à l’action sociale. 
Pour rappel, deux événements clés ont eu lieu en 2023 : 
-    en juillet, la signature de la Cog (Convention d’objectifs et de gestion) pour 2023-2027 ; 
-    le 21 décembre 2023, la signature du Cpog (Contrat pluriannuel d’objectifs et de gestion) qui décline sur le territoire les orientations nationales.  

Ces nouvelles conventions ont été dotées de moyens financiers conséquents : l’augmentation de la dotation locale d’action sociale de 500 000 euros par an sur toute la durée de la Cog soit une enveloppe de 2 500 000 euros.

Des Rias élaborés selon une méthode innovante 
Pour faire évoluer ses règlements intérieurs, la Caf a déployé une démarche inédite.

« Des ateliers d’intelligence collective ont été organisés pour favoriser l’expression dans un climat sécurisant, productif et constructif, poursuit Lella Abbas. Cela nous a permis de faire des choix éclairés qui répondent vraiment aux attentes des allocataires, des partenaires, des collaborateurs, et bien sûr des administrateurs de la Caf ». 
Cette mobilisation d’ampleur a permis de réunir 90 personnes lors d’ateliers du 1er décembre 2023 au 23 janvier 2024 : 
-    des ateliers allocataires organisés sur les territoires d’action sociale pour être au plus proche des usagers ;
-    des ateliers partenaires réunissant des acteurs du logement, de l’Avs (Aides aux vacances sociales), de la parentalité, de la petite enfance, de l’enfance et de la jeunesse ; 
-    et des ateliers avec les collaborateurs de la Caf, travailleurs sociaux et cadres ainsi qu’une Chargée de conseils et de développement.

Tous les participants étaient satisfaits de pouvoir s’exprimer et de participer à ce projet de redéfinition des offres de la Caf. Ils sont favorables à renouveler ce type d’échanges. 

La Caf a ainsi pu élaborer une stratégie pointue répondant aux besoins et aux attentes des allocataires et des partenaires.

Les aides financières individuelles

Information essentielle : l’ensemble des quotients familiaux a été revalorisé. Ils passent de 719 à 1 000 euros. 
D’importantes évolutions ont ainsi été décidées.
« Nous nous devons d’être au plus près des familles en difficulté et de les accompagner en cette période de crise économique », analyse Lella Abbas. 

Quelques exemples de nouveautés : 
Aides aux temps libres et aux loisirs des enfants, des jeunes et des familles : 
•    Le Bafa (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur) bénéficiera d’une aide de 200 euros, en complément de l’aide nationale de 200 euros ;
•    Les subventions exceptionnelles vacances : elles concernent les familles suivies dans le cadre de l’accompagnement social pour leur permettre de rejoindre leur entourage familial ou amical.

Elles vont aussi permettre de financer des frais de séjour liés à un voyage scolaire, par exemple, pour les familles suivies dans le cadre de l’accompagnement social, avec un restant à charge dans la limite de 100 euros…

Aides au logement et au cadre de vie : 

•    L’aide au logement non décent et/ou surpeuplé : il s’agit d’améliorer les conditions d’habitat et de permettre d’acquérir de l’électroménager ;
•    L’aide à l’installation des jeunes : cette aide peut être sollicitée directement sur le caf.fr par les allocataires de l’Als ou d’Apl pour les résidents en Essonne ;

Son objectif est de favoriser l’autonomie des 18/25 ans sortant d’une structure d’hébergement ou du domicile familial.  Elle est limitée à 1 000 euros pour de l’équipement de première nécessité…

Aides pour les événements fragilisant la famille : 

Parmi elles :
•    Aide aux parents seuls : réparation d’un véhicule pour un retour à l’emploi ;
•    Aide en cas de séparation : financement des activités de loisirs, culturelles ou sportives des enfants ;
•    Aide aux décès d’un parent : elle est étendue à une tierce personne recueillante ;
•    Aide au décès d’enfant : elle est élargie aux familles confrontées au décès d’un enfant de 16 à 25 ans présent au foyer …

Aide aux assistantes maternelles : 

Élaborée en étroite collaboration avec la Dpmis (Direction départementale de la protection maternelle et infantile et de la santé) elle concerne : 

•    Le renouvellement du matériel nécessaire à leur activité (poussette, chaise haute, table à langer …).

D’un montant de 500 euros, elle est versée en une seule fois après un délai de 10 ans d’installation…. 

Les aides financières collectives

Quelques exemples pour les aides financières collectives :
•    Les services itinérants : pour faciliter l’accès aux services à toutes les familles, aussi bien en zones rurales qu’en zones urbaines, cette aide offre un soutien financier à hauteur de 50 000 euros pour les initiatives itinérantes.
Elle intervient en complément des fonds nationaux.

•    La jeunesse :
-  Aide à l’équipement de 15 000 euros pour les Paej (Points d'accueil et d'écoute jeunes), les Pdn (Promeneurs du Net) …
Augmentation de l’aide à l’investissement du Fjt (Foyers de jeunes travailleurs) : elle passe de 250 000 à 350 000 euros ;
Aide à la rénovation et à l’aménagement des Fjt : elle passe de 125 000 à 175 000 euros…

•    La parentalité :

Les nouveautés pour :
-    Les Laep (Lieux d'accueil enfant-parent) : une aide à la formation de 1 000 euros maximum pour faciliter l’accès à la formation des nouveaux professionnels ;
-    Les Espaces de rencontres : une aide au démarrage pluriannuelle et dégressive peut être octroyée pour faciliter l’ouverture : 50 000 euros la première année, 30 000 euros la seconde année et 15 000 euros la troisième année ;
-    Les « lieux ressources » : ces nouveaux espaces dédiés au soutien à la parentalité vont bénéficier pour leur création de 50 000 euros et pour leur rénovation de 25 000 euros. Pour leur fonctionnement : 60% des coûts seront pris en charge avec une aide maximale de 23 682 euros.

 

Vous avez une question ? Vous souhaitez avoir des précisions : contacter le 01 60 91 19 91, numéro unique pour le service social.

Espace de publication

Les aides à destination des assistants maternels

La Caf de l'Essonne propose aux assistant(e)s maternel(le)s les aides suivantes pour améliorer leur offre d'accueil :

La prime d'installation

Elle est destinée à financer l'achat du matériel nécessaire au démarrage de leur activité.

Pour qui?

  • Assistants maternels agréés pour la première fois
  • Relevant du régime général
  • Relevant de la convention collective nationale de travail des assistants maternels du particulier employeur exerçant leur activité en Mam

Quelles conditions ?

  • Avoir signé la charte d’engagements réciproques et ainsi :

- avoir obtenu un premier agrément

- avoir suivi la formation initiale obligatoire avant tout accueil du premier enfant (80h)

- s’engager à demeurer dans la profession pendant 3 ans minimum

- appliquer une tarification respectant la limite maximale de cinq Smic horaire/jour fixée à l’article D. 531-10 du Code de la sécurité sociale

- avoir exercé au moins deux mois consécutifs avant de formuler la demande

- donner son accord pour figurer sur le site www.monenfant.fr et s’engager à renseigner régulièrement ses disponibilités d’accueil.

 

Quel montant ?

1 200€ quel que soit le territoire d'implantation. 

 

Obligations :

  • Versée une seule fois
  • Cumulable avec le Pala et l’aide au démarrage en Mam
  • Le dossier complet doit être reçu dans un délai d’un an à compter de la date de l’agrément (dérogations possibles)

 

Les assistants maternels exerçant en Mam sont éligibles à la prime d’installation à condition :

  • de transmettre le projet de fonctionnement de la Mam ;
  • que la Mam soit référencée sur le site monenfant.fr.

 

Pièces justificatives :

  • Imprimé de demande complété et signé ;
  • Photocopie de la notification d’agrément ;
  • Photocopie de l’attestation de formation :
  • Photocopies des deux premiers bulletins de salaire ;
  • Charte d’engagement signée et complétée ;
  • Pour les non allocataires : copie (recto verso) d’une pièce d’identité en cours de validité (carte nationale d’identité, passeport ou carte de séjour), RIB ou RIP.
  • Autorisation d'inscription sur monenfant.fr

 

Les documents sont à retournés à l'adresse suivante :

Caf de l'Essonne

TSA 21131

91013 EVRY CEDEX

 

Par la signature de la charte, l’assistant maternel s’engage à rester dans la profession pendant trois ans

  • Si ce n’est pas le cas ou si retrait d’agrément, remboursement des montants indûment perçus au prorata du nombre de mois restant à exercer

 

Le prêt à l'amélioration du lieu d'accueil

Les conditions

Vous êtes assistant(e) maternel(le) agréé(e), ou en cours d’agrément, de renouvellement ou d’extension de votre agrément.

Vous êtes locataire ou propriétaire.

Si vous souhaitez améliorer votre résidence principale pour mieux y accueillir les enfants, vous pouvez bénéficier d’un prêt pour financer les travaux d’aménagement.

Les travaux doivent concerner votre résidence principale (qui doit être le lieu d’accueil des enfants) et contribuer à améliorer l’accueil, la santé ou la sécurité des enfants accueillis.

Depuis le 1er septembre 2011, le prêt est étendu aux assistant(e)s maternel(le)s exerçant au sein d'une maison d'assistant(e)s maternel(le)s pour des travaux réalisés à compter de cette date.
 

Attention : les travaux d'entretien, d’embellissement ou s’imposant aux propriétaires sont exclus.

 

Le montant

Le prêt dépend du coût des travaux, il peut atteindre 80 % des dépenses engagées dans la limite de 10 000 €. Son taux d'intérêt est de 0 %. Il est remboursable en 120 mensualités égales (soit 10 ans) maximum (par prélèvement sur prestations familiales ou compte bancaire).
Le prêt est versé pour moitié avant le début des travaux sur présentation des devis, et pour moitié dans les 6 mois, à la fin des travaux, et sur réserve que l'assistant(e) maternel(le) puisse justifier de son agrément.
Votre Caf se prononce sur l’opportunité de vous accorder un prêt en fonction de votre situation et de la nature des travaux envisagés.

Ce prêt peut être cumulé avec le prêt à l'amélioration de l'habitat (Pah) pour les travaux de nature différente.
 

Les démarches

Vous devez remplir le formulaire de demande de prêt à l'amélioration de l'habitat aux assistant(e)s maternel(le)s.

Retournez-le rempli, daté, signé et accompagné :

- de la copie de l’agrément ou de son renouvellement ou l’accord de principe des services de Protection maternelle et infantile (ou à défaut l’accusé de réception de la demande d’agrément)
- du (des) devis détaillé(s) des travaux établi(s) par l’entrepreneur
- du (des) devis du (des) fournisseur(s) de matériaux si vous faites vous-même les travaux
- de la copie du permis de construire ou de la déclaration de travaux selon la nature des travaux

Le dossier est à envoyer ou à déposer à l’adresse suivante :
Caf de l'Essonne

TSA 21 131
91013 EVRY cedex

Si votre Caf donne une suite favorable à votre demande, vous recevrez une offre préalable de prêt. L’acceptation de cette offre datée et signée vaut valeur de contrat de prêt.
En acceptant le prêt, vous vous engagez à renseigner vos coordonnées et vos disponibilités d’accueil détaillées sur le site monenfant.fr.

Le plan d'investissement d'accueil du jeune enfant


Cette aide concerne les maisons d’assistants maternels (Mam) qui regroupe a minima deux assistants maternels agréés. Elle vise à d’accompagner la création de places d’accueil du jeune enfant, en participant au financement de travaux dans le cadre d’une création de Mam ou d’augmentation de plus de 10 % des places d’accueil.
L’aide varie de 4 400 € à 10 000 € par place.
Plafonnement de l’aide : L’aide accordée est plafonnée à hauteur de 80 % des dépenses subventionnables et 100 % du coût total du projet.
Non cumulable avec l’aide au démarrage pour un même bénéficiaire

Conditions :

Liste non-exhaustive

  • La Mam doit être constituée en personne morale et être détentrice d’un numéro
  • Une charte de fonctionnement doit être présenté et celle-ci doit déterminer les modalités selon lesquelles des places sont garanties pour l’accueil d’enfants en situation de pauvreté, de handicap et/ou dont les parents sont en situation d’isolement ou d’insertion sociale ou professionnelle
  • La charte de qualité des Mam doit être signée
  • La Mam doit être référencée sur www.monenfant.fr
L'aide au démarrage

L’aide est de 6 000 €.
Elle concerne les maisons d’assistants maternels : lors de leur ouverture ou en cas d’augmentation du nombre de places de 10 % au moins.
Non cumulable avec le plan d’investissement pour l’accueil du jeune enfant
Cette aide vise à faciliter l’acquisition du matériel nécessaire au bon fonctionnement de la Mam.

Conditions :

Liste non-exhaustive

  • La Mam doit être constituée en personne morale et être détentrice d’un numéro Siret
  • L’un des assistants maternels doit avoir une expérience professionnelle d’au moins 2 ans
  • La Mam doit être référencée sur www.monenfant.fr

Pièces justificatives :

  • Formulaire Cerfa d’aide au démarrage complété, daté et signé par le représentant légal de la Mam
  • Récépissé de déclaration à la préfecture
  • Charte de qualité des Mam datée et signée par l’ensemble des partenaires accompagnée des pièces justificatives suivantes :

    - coordonnées et agrément de chacun des assistants maternels
    - attestation de formation
    - attestation sur l’honneur de l’expérience antérieure de deux ans de l’un des assistants maternels
    - fiche relative à l’inscription sur monenfant.fr
    Le dossier complet doit être adressé à la Caf dans un délai de 6 mois suivant la date de signature de la charte de qualité par l’ensemble des partenaires.

Pour en savoir plus

Pour plus de renseignements sur le métier d'assistant maternel : Espace assistants maternels - monenfant.fr

Pour plus de renseignements sur les aides financières : Accueil partenaires - Petite enfance

Dépliant :

"La Caf aux côtés des assistants maternels"

Vidéo explicative :

"Les Relais petite enfance"

 

 

 

 

 

En route vers la Semaine Nationale de la Petite Enfance !

Elle est de retour ! La Semaine Nationale de la Petite Enfance revient du 16 au 23 mars. Chaque année, elle est l’occasion de célébrer les tout-petits en réunissant les enfants, les parents et les professionnels autour d’un même événement. Ateliers pâte à sel ou peinture, création de masques personnalisés, spectacles ou encore chasses aux trésors… Une variété d’activités pour embarquer les petits comme les grands vers un fabuleux voyage !

Centres sociaux et espaces de vie sociale

Centres sociaux

Les centres sociaux de l’Essonne participent au développement du pouvoir d’agir des habitants, en leur permettant de faire l’expérience d’une coopération autour de projets collectifs et/ou d’instances.

Liste des centres sociaux agréés

Agrément au 30 juin 2022

Centres sociaux

Espaces de vie sociale

Les espaces de vie sociale sont des lieux de proximité, gérés exclusivement en Essonne par les associations. Ils contribuent au renforcement de liens sociaux et familiaux, et aux solidarités de voisinage.

Liste des espaces de vie sociale

Agrément au 30 juin 2022

Espaces de vie sociale

 

Rapport SENACS

Observatoire des centres sociaux et des espaces de vie sociale

Retrouvez le nouveau rapport SENACS de votre département

Espace de publication

Un service attentionné au plus près des besoins des territoires


Un service attentionné au plus près des besoins des territoires


Quel bilan tirer de 2023 et quelles perspectives sont prévues en 2024 ?   
Faisons le point avec Isabelle Deruette, la directrice de la relation allocataires.


Quels ont été les initiatives les plus importantes de 2023 ? 


Isabelle Deruette : « Nous avons beaucoup travaillé et j’en citerai trois qui me paraissent essentielles :

  • Les ateliers numériques collectifs : nous avons accueilli plus de 700 allocataires en 2023 à Atlantis et c’est un réel succès.

    Le but de ces formations est d’accompagner tous ceux qui sont éloignés du numérique et de ses usages. Notre objectif est de rendre l’allocataire le plus autonome possible pour réaliser ses démarches via le caf.fr ou l’appli Caf – Mon compte. 

    Ces ateliers permettent également de se familiariser avec les termes administratifs et de mieux comprendre notre fonctionnement. 
     
  • Les Rendez-vous Visio : nous avons commencé à les déployer, chez nos partenaires, sur Étampes et sur Longjumeau. Ce nouveau mode de contact répond aux besoins et aux attentes de nos allocataires. 

    Il est important de rappeler que ce dispositif ne concerne que les réponses que nous appelons de niveau 2, c’est-à-dire, qui nécessitent l’intervention d’un Gestionnaire conseil de la Caf.  

    Ce sont donc les partenaires qui vont orienter, en fonction de la demande de l’usager, si un Rendez-vous Visio est nécessaire ou pas. 

 

  • Le doublement de la capacité d’accueil à Atlantis : depuis notre installation à Atlantis, nous bénéficions de locaux modernes et très agréables. C’est une avancée considérable pour tous : allocataires, partenaires, agents … ».

 

Quelles sont les évolutions attendues en 2024 ? 


Isabelle Deruette : « Elles sont importantes.

  • Pour les ateliers numériques : nous allons affiner les thématiques proposées en fonction des demandes des allocataires et des partenaires. Cela pourra, par exemple, concerner uniquement les aides au logement.  
     
  • Pour les Rendez-vous Visio : nous allons continuer leur déploiement, mais après une analyse pointue des besoins du territoire. 

    Nous visons à un maillage équilibré pour apporter proximité et réponse personnalisée aux allocataires. Ce service attentionné doit se poursuivre au plus près des usagers.
     
  • Les services proposés aux étudiants vont encore s’intensifier : c’est désormais tout au long de l’année qu’ils recherchent un logement. Nous allons être encore plus présents pour les accompagner dans leurs démarches lors de permanences. 

    Pour conclure, je dirai que notre offre d’accueil se veut complète et variée. 

    Le caf.fr et l’application Caf – Mon compte restent cependant le moyen le plus rapide et le plus facile pour effectuer les démarches ». 


 

Espace de publication