Plan personnalisé de compensation : mieux vivre son handicap | caf.fr

Allez au contenu, Allez à la navigation

Caf

Accueil > Vies de famille > Vivre avec un handicap > Plan personnalisé de compensation : mieux vivre son handicap

Version imprimable

Abonnement au service d'alerte mél


Renseigner votre adresse mél, votre code postal et cocher les thèmes qui vous intéressent. Vous recevrez une notification à chaque nouvelle publication.



(si vous souhaitez recevoir les articles de votre CAF):



Les thèmes disponibles:


19 Mai 2017

Plan personnalisé de compensation : mieux vivre son handicap

Vos droits
Toute personne qui souffre d’une incapacité physique ou mentale a droit à une compensation. C’est pourquoi le plan personnalisé de compensation (Ppc) répond aux besoins des personnes handicapées dans tous les domaines de la vie. Présentation.
article_img
Quelle que soit l'origine et la nature de l'incapacité – ainsi que la situation de la personne –, le processus de compensation commence par une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (Mdph), interlocuteur référent dans ce domaine. 

Les professionnels de santé (médecins, ergothérapeutes...) procèdent à une première évaluation du handicap, puis une équipe pluridisciplinaire est formée. Outre la Mdph, elle comprend des représentants de nombreux partenaires, en fonction des besoins de chaque personne : Protection maternelle et infantile (Pmi), Education nationale, mission locale, Pôle emploi, établissements médicosociaux...
 

Logement, vie professionnelle, scolarité…


Cette équipe élabore alors, avec la personne handicapée et/ou son entourage, un plan personnalisé de compensation. Il comprend des propositions dans des domaines divers, destinées à limiter l'impact de l'incapacité sur la vie quotidienne : aides financières et matérielles, orientation en établissement spécialisé, aménagement du logement, vie professionnelle... Il intègre également un projet personnalisé de scolarisation si la personne concernée est un enfant.

Une fois le Ppc soumis au demandeur, ce dernier peut en discuter avec les équipes de la Mdph et formuler un avis dans un délai de quinze jours. Le Ppc est ensuite transmis à la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (Cdaph), qui le valide intégralement ou en partie. Sa décision est communiquée au demandeur et aux organismes concernés. En cas de désaccord, il est possible d'opter pour la conciliation ou un recours contentieux.
 
Mots clés : commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (Cdaph) , droits , handicap , maison départementale des personnes handicapées (Mdph) , prestation de compensation du handicap (Pch)