Des Chiffres et des Lettres


20 Octobre 2017

Partager


Jeunesse(s), les voies de l’autonomie


 

Depuis près de 20 ans, l’accès des jeunes à l’autonomie souffre de l’impact de difficultés économiques durables. Celles-ci perturbent notablement la transition vers l’âge adulte. Trouver son premier emploi, concilier travail et études supérieures, accéder à un logement autonome sont autant d’épreuves pour les moins de 30 ans, au point qu’elles caractérisent cette phase de la vie.

Le dernier numéro d’Informations sociales présente dans une première partie, les différentes voies d’accès à l’autonomie des jeunes en France (par l’emploi, la formation, le logement…) ainsi que les évolutions récentes dans les parcours des jeunes et les manières dont ces derniers perçoivent leur avenir et leur passage vers l’âge adulte.

Dans la seconde partie, il est question de l’intervention publique considérée comme une modalité de structuration des parcours de vie vers l’âge adulte, notamment face à l’intensité des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes.

Enfin, la dernière partie aborde l’accompagnement individuel et collectif des jeunes dans leur accès à l’autonomie. Le renouvellement de ces pratiques, très diverses, ouvre des perspectives intéressantes pour l’émancipation des nouvelles générations.


Lire Informations sociales 195 : Jeunesse, les voies de l’autonomie

Joindre les deux bouts - Enquêtes d'ethnocomptabilité

Comment les foyers pauvres parviennent-ils à « joindre les deux bouts » ? Ce dernier numéro de la Revue des politiques sociales et familiales tente de répondre à cette question en présentant un ensemble d’enquêtes ethnographiques menées auprès d’unités domestiques pauvres. Celles-ci entendent décrire aussi complètement que possible comment les personnes s’en sortent mais également ce à quoi elles tiennent. Les investigations procèdent alors d’une même observation, triviale mais comme insoupçonnée : dans une famille de chômeurs espagnols, ou une autre de sans-papiers à Paris, dans une fratrie jordanienne vivant au compte-gouttes ou dans une maisonnée cubaine touchée par la grave maladie d’un de ses membres, chez une ouvrière retraitée du textile troyen ou chez des alternatifs écologiques vivant à l’écart des circuits économiques monétaires, les gens comptent. Ils réalisent des arbitrages quotidiens pour des affaires ordinaires ou exceptionnelles, ils jaugent leurs ressources, leurs dépenses et leur temps en référence à d’autres. Ils affrontent des difficultés qui mettent à l’épreuve, révèlent et façonnent le domaine de ce qui importe. C’est en suivant ainsi les personnes dans le quotidien de leurs décisions au moment des transactions, puis après coup au moment des bilans, que les chercheurs découvrent comment les unités domestiques pauvres étudiées parviennent à « joindre les deux bouts ».

Lire la Revue des politiques sociales et familiales n° 123 Joindre les deux bouts - Enquêtes d'ethnocomptabilité

 

Ma Caf

Aide