Décryptage


20 Octobre 2017

Partager


« Nous avons porté des réformes réglementaires d’importance » : bilan de quatre années de Daniel Lenoir à la tête de la branche Famille

3 questions à Daniel Lenoir, directeur général
Au moment de quitter ses fonctions de directeur général de la Cnaf, Daniel Lenoir revient sur les principaux chantiers qui ont marqué les quatre années passées et sur les défis que la branche Famille aura à relever.
 

Quel bilan dressez-vous de ces années passées à la direction de la Branche ?
Daniel Lenoir : Au-delà d’un bilan, je souhaiterais revenir sur les principaux motifs de fierté pour le travail que nous avons mené. Tout d’abord, nous avons porté avec les Caf sept réformes réglementaires très importantes, notamment celle qui a abouti à la mise en place de l’agence de recouvrement et du dispositif de garantie contre les impayés de pensions alimentaires. Cette réforme a le mérite de permettre à la solidarité nationale de se substituer à la solidarité parentale défaillante, sans pour autant l’exonérer de sa responsabilité. Je voudrais aussi rappeler le tournant du numérique pris par la Branche, avec caf.fr, Vies de famille, monenfant.fr ou les Promeneurs du net. Nous avons travaillé à l’harmonisation des pratiques entre les Caf en matière de coûts de gestion ou des pratiques réglementaires avec la publication des circulaires. L’actualité nous a également amenés à porter davantage les valeurs de la République, avec l’adoption de la charte de la laïcité. Enfin, nous nous sommes dotés d’outils et de méthodes pour mieux mesurer la contribution de la Branche à l’investissement social.

Quels sont les projets stratégiques qui vont constituer la prochaine Cog ?
DL : Le principal enjeu de la future Cog est le développement d’un nouveau modèle de production et de relation de service fondé sur le principe : « 100 % dématérialisé et 100 % personnalisé », ce modèle devra à la fois simplifier l’accès au droit, sécuriser les paiements et permettre des gains de productivité. Le deuxième projet concerne la régulation de l’offre de services aux familles (accueil du jeune enfant, parentalité, périscolaire…). Nécessaire pour assurer un bon suivi de la dépense des fonds publics, cette régulation devra s’appuyer sur les schémas départementaux des services aux familles qui couvriront l’ensemble des départements d’ici la fin de la Cog. Le troisième chantier concernera l’investissement social, avec le projet d’un fonds dédié qui permettrait de mener des expérimentations et de les évaluer pour ne développer que celles qui ont démontré leur utilité.

Quelles sont les conditions nécessaires au bon développement de ces projets ?
DL : Il est indispensable, pour la Branche, de développer un écosystème numérique, pour s’inscrire dans un environnement de plus en plus digital : tel est l’objet du projet Eden (Environnement digital et écosystème numérique). En parallèle, notre système d’information doit être modernisé. Il faut revoir son architecture technique pour lui permettre d’être compatible avec les évolutions possibles du numérique. Le dernier chantier d’importance concerne l’organisation et le fonctionnement du réseau. Il nous faudra à la fois tirer les atouts d’un réseau de Caf désormais toutes départementales et coordonner leur action dans le cadre des nouvelles régions, à travers les conférences régionales des Caf. Enfin, il importe d’améliorer les méthodes de pilotage du réseau, pour qu’il soit plus uni et plus solidaire.
 

 

Aide