Ajuster la taille des caractères

Que faire sans le bac : stop ou encore ?


10 Juillet 2017


Suivre des études
Vous n’êtes finalement pas bachelier ? Pas de panique, des solutions alternatives s'offrent à vous. Les pistes de Nicolas Thiry, chargé de mission « Initiatives jeunes » au Centre régional information jeunesse (Crij) de Lille.
article_img
Si vous avez échoué au bac, inutile de vous alarmer. Plusieurs scénarios sont envisageables. « Le bac n'est pas une fin en soi », explique Nicolas Thiry, chargé de mission « Initiatives jeunes » au Centre régional information jeunesse (Crij) de Lille. « Ce qui compte, c'est avant tout de réfléchir à son projet professionnel. »

Pour cela, une des options possibles est de faire une pause utile. « Pour la personne qui cherche sa voie ou qui se sent en échec, je conseille de prendre du recul et de faire, pourquoi pas, un service civique ou un service de volontariat international », préconise le conseiller d'orientation. L'idée : pendant un an environ, le jeune part en mission, en France ou à l'étranger et est confronté aux réalités. « C'est une expérience concrète sur le terrain, et cela laisse le temps de réfléchir à la suite. »

Si vous avez plutôt envie de travailler rapidement, vous pouvez vous présenter aux concours administratifs, et viser les postes de sapeur-pompier ou d'adjoint de sécurité dans la police nationale, qui ne requièrent pas le bac. « Mais attention, prévient Nicolas Thiry, cela reste des concours, et le jeune sans le bac se retrouve en concurrence avec des personnes diplômées. Cela implique d'être très motivé ».
 

Professionnalisme exigé


Les postes de catégories C dans la fonction publique, qui n'exigent pas le bac, sont, eux, de moins en moins nombreux. Pour l'armée, l'entrée sera peut-être un peu plus accessible, à condition, là encore, d'être motivé et sûr de son engagement. 

Autre option, se lancer dans une formation en alternance. Le secteur de l'animation propose des débouchés pour les personnes n'ayant pas le bac, avec par exemple le brevet professionnel de la jeunesse de l'éducation populaire et du sport. Il prépare au métier d'animateur sportif et socio-culturel. Le secteur agricole propose lui aussi des emplois.

« Ces filières exigent de plus en plus de professionnalisme. Vous êtes, là encore, en concurrence avec des personnes parfois mieux formées et motivées », souligne Nicolas Thiry, qui conseille enfin de « repasser le bac, en candidat libre, par exemple » si vous souhaitez plutôt continuer vos études.
 
Mots clés : emploi , études , étudiant , jeunes

Gratuit:
Abonnez-vous
par thème


Actualités


Articles les plus lus

Aide