Classes à double niveau : stop aux idées reçues !


12 Septembre 2017


Education
Bien plus fréquentes qu’on ne le pense, les classes à double niveau ne sont pas réservées qu’aux petites écoles de campagne. Car elles ont plus d’intérêt qu’on ne pourrait l’imaginer.
article_img
Si elles sont souvent liées à un problème d’effectif, les classes à double niveau permettent aussi de répondre à la disparité d’un groupe. « Nous pouvons rencontrer dans une même classe des enfants en difficulté et d’autres à haut potentiel, explique Céline Trouvé, enseignante en moyenne/grande section de maternelle. Lorsque ces enfants sont dans une classe à double niveau, nous pouvons plus facilement adapter les apprentissages aux capacités et aux besoins de chacun. » 

Dans les plus grandes écoles, cela permet de séparer des groupes difficiles et de gagner en sérénité dans chaque classe. Tout le monde y gagne ! En pratique, le temps de travail se décompose en trois parties : les leçons expliquées par l’enseignant pour les apprentissages fondamentaux, le travail en autonomie, et les moments en commun où toute la classe travaille ensemble sur un même thème, lié à la découverte du monde, par exemple.

Tout cela demande davantage de préparation à l’enseignant. Il faut prévoir des exercices à faire seul pour chaque niveau, proposer des ateliers où les enfants manipulent et apprennent de façon plus ludique. Mais la clé de la réussite, c’est l’organisation ! « Souvent, il faut compter sur le premier mois de l’année pour que chacun puisse prendre ses marques. Même les plus petits comprennent vite comment cela s’organise », indique Céline Trouvé. 
 

Autonomie, entraide, responsabilisation


Et pour tous, les bénéfices sont nombreux : chaque enfant va apprendre à travailler en autonomie pendant que l’enseignant s’occupe de l’autre groupe. Quant aux plus grands, ils vont découvrir l’entraide et la responsabilisation vis-à-vis des plus jeunes, qui seront, eux, tirés vers le haut. Enfin, grâce à l’individualisation du travail, chaque enfant sera sollicité en fonction de son niveau.

Souvent, ce sont les parents des enfants du niveau supérieur qui expriment des craintes. Céline Trouvé nous rassure : « L’important est de bien leur expliquer le déroulement de la journée et les méthodes utilisées pour différencier les apprentissages. Si tout est lisible et clair en début d’année, il n’y a pas de souci ensuite. »
 
Mots clés : école , éducation , enfants , parent , scolarité

Gratuit:
Abonnez-vous
par thème


Actualités


Articles les plus lus

Aide