Education bienveillante : les lauréats du concours de dessin reçus à l’Elysée !


21 Novembre 2016

Partager


Avec 800 participants, le concours de dessin, organisé par le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, a remporté un vrai succès ! Le 19 novembre 2016, dix prix ont été remis aux enfants au Palais de l’Elysée par le président de la République, François Hollande, et la ministre, Laurence Rossignol.

« Dans le monde, pourquoi il y a encore des enfants qui ne sont pas très heureux ? » Sur scène, Gauthier ne se démonte pas et interpelle… François Hollande ! Le garçon de 9 ans a été récompensé par le jury pour avoir participé au concours avec ses quatre frères et sœurs. Des mots simples et percutants, tantôt durs, tantôt sensibles, mais toujours emplis de vérité sur une thématique compliquée.

Les punitions corporelles peuvent-elles être évitées avec les enfants ? Et comment ces derniers perçoivent-ils ces violences ? « Moi, je comprends qu’on puisse être puni, précise Achille, 10 ans. Mais ce n’est pas toujours justifié. » Léa, 14 ans, ajoute : « Quand on est petit, on regarde d’abord ses parents et ils doivent montrer l’exemple. Si eux-mêmes insultent ou crient, alors on va  faire pareil. »

Réception dans le Jardin d’hiver de l’Elysée, visite du Palais, balade en bus à Paris… les lauréats, âgés de 20 mois à 14 ans, et leur famille ont reçu un accueil digne des plus grands chefs d’Etat !

 

François Hollande : « Il n’y a rien de pire pour un enfant que de se voir écrasé, rabroué »


A la veille de la Journée internationale des droits de l’enfant du 20 novembre, François Hollande et Laurence Rossignol ont également rappelé qu’il y avait encore trop d’enfants martyrs des guerres à travers le monde. Et tous deux ont défendu la conception d’une éducation sans violence. « Il n’y a rien de pire pour un enfant que de se voir écrasé, rabroué, a martelé François Hollande. Ou pire encore, des enfants à qui on inflige des traitements humiliants, que l’on stigmatise ou que l’on écarte. »

Pour Laurence Rossignol, « notre devoir collectif, c’est de protéger les enfants de tous les dangers et de les aider à grandir, en étant heureux car ils auront été élevés dans un climat de respect ».

Des mots qui ont trouvé un écho auprès de Magnolia, lauréate de 11 ans, qui conclut : « Si on vit dans une famille qui crie, on ne va pas grandir forcément bien, et plus tard, on fera la même chose. Moi ce qui m’aide à grandir, c’est l’amour de mes parents. »
 

Félicitations aux gagnants !

Bravo à tous les lauréats. Ils ont remporté un appareil photo numérique ou une caméra GoPro, offerts par la Caisse nationale des Allocations familiales, ainsi qu’un abonnement à l’école des loisirs.
 

  • Edith (20 mois), Agathe (3 ans), Thierry (5 ans), Arthur (7 ans) et Gauthier (9 ans), tous de la même famille ;
  • Aliya (10 ans)
  • Magnolia (11 ans)
  • Elisa Maria (7 ans)
  • Manon (8 ans)
  • Judith (8 ans)
  • Jeanne (10 ans)
  • Achille (10 ans)
  • Léa (14 ans)
  • La classe de CE2 - CM1 de l’école élémentaire publique Hameau de Mainville (Essonne)

 


Actualités


Articles les plus lus

Aide